Avertir le modérateur

28 octobre 2010

SUIVEZ LE PROCES DE LE PEN EN DIRECT

12:41 Publié dans *EXTRÊME DROITE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pen, procès, twitter, affiche, extrème droite, fn, fnj |  Facebook |

PROCES DE JEAN MARIE LE PEN A 14H AU TGI DE PARIS

affiche-campgne-fnj-paca-minarets-fn_288.jpg

Jean-Marie Le Pen, président du Front national va comparaître le 28 octobre prochain devant le tribunal correctionnel de Paris, dans l'affaire de l'affiche « anti-islam » qui orné les murs de la région Paca, dans le cadre des élections régionales.

 

En mars dernier SOS Racisme et l'écrivain/journaliste Algérien Mohamed Sifaoui engageaient une action pénale contre le président du Front national pour délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou non à une ethnie, une nation, une race ou une religion.

Rappel des faits :

Courant février 2010, dans le cadre de sa campagne électorale en région PACA,  le Front national avait diffusé sur  Internet et notamment sur ses sites un visuel intitulé « NON A L’ISLAMISME » représentant une femme vêtue d’un niqab, et l’hexagone recouvert du drapeau algérien transpercé par 7 minarets en forme de missiles.

 

Selon l’aveu même de ses auteurs, cette affiche devait être une « arme » dénonçant « la dérive communautariste pro-islamiste actuelle », sous un titre assez limpide « Non à l’Islamisme ».

Toujours selon les auteurs de la campagne du Front National en PACA, cette action aurait été motivée par « la multiplication dans nos rues des voiles intégraux portées par des musulmanes, des constructions de mosquée-cathédrales avec minarets ostensibles, des défilés de masse d’après foot sous des drapeaux exclusifs de nations islamiques, tout cela arrive aujourd’hui en France, sous nos yeux chaque jour un peu plus ».

 

Cette affiche, directement inspirée de celle du parti helvète d’extrême droite, l’UDC, à l’occasion du référendum suisse sur la construction de minarets en octobre 2009, a fait l’objet d’une diffusion nationale mais également internationale.

Pour SOS Racisme « sous couvert de dénoncer l'extrémisme religieux, le leader frontiste a très clairement marqué sa volonté de susciter la peur, la haine et le rejet à l'encontre de toutes personnes de confession musulmane, mais également des Français d'origine algérienne et des ressortissants algériens vivant en France ».

12:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pen, fn |  Facebook |

Les chômeurs handicapés par leur lieu de résidence

LEMONDE pour Le Monde.fr | 09.09.10 | 11h51  •  Mis à jour le 09.09.10 | 11h53

Pour trouver un emploi, lorsqu'on vient du Val-d'Oise, mieux vaut habiter à Enghien-les-Bains - ville réputée pour son lac et son casino - que les cités de Sarcelles et Villiers-le-Bel où plus de 60 % des habitants résident en zones urbaines sensibles (ZUS). Image d'Epinal? Pas si sûr car elle n'est pas écornée par une étude fondée sur un testing et menée par des universitaires du Centre d'études de l'emploi (1). Les conclusions sont sans appel :"ces résultats convergent pour témoigner de l'existence de discriminations à l'embauche à la fois selon l'origine, le sexe et le lieu de résidence."

Les cinq universitaires, auteurs de l'étude, ont examiné la discrimination territoriale en localisant les candidats fictifs dans les trois communes : un candidat et une candidate ayant un prénom et un nom à consonance française; un candidat et une candidate ayant un prénom et un nom à consonance marocaine. Ces douze candidatures, par ailleurs parfaitement similaires, ont été envoyées simultanément, entre décembre 2008 et janvier 2009, en réponse à 307 offres d'emploi de développeur informatique (bac+5) en Ile-de-France, soit près de 3 700 envois.

Pour l'accès aux entretiens d'embauche, "l'origine marocaine n'apparaît pas systématiquement discriminante pour les hommes, quelle que soit leur commune de résidence, notent les chercheurs. Toutefois lorsqu'ils résident à Sarcelles, les hommes d'origine marocaine ont de plus faibles chances que les hommes d'origine française d'accéder à un entretien d'embauche pour un poste en contrat à durée indéterminée. L'origine a également un effet sur l'accès aux entretiens d'embauche pour les femmes résidant à Sarcelles."

Lorsque que l'on est une femme et que l'on habite à Villiers-le-Bel, il est encore plus difficile de décrocher un emploi. Toutes les postulantes sont logées à la même enseigne. "Les candidates d'origine française sont pénalisées lorsqu'elles vivent dans cette commune défavorisée qui a connu en 2007 des émeutes urbaines médiatisées, plutôt qu'à Sarcelles, commune également défavorisée mais qui a été moins médiatisée." Les jeunes femmes d'origine française résidant à Villiers-le-Bel obtiennent un taux de réponse à leurs candidatures de 17,9% contre 22,1% à Sarcelles et 22,5% à Enghien-les-Bains.

Ces résultats n'étonnent pas le maire de Villiers-le-Bel. "Cette étude est la reconnaissance d'une réalité. On parle beaucoup d'égalité des chances. Pour l'égalité des territoires, il faut encore attendre", regrette Didier Vaillant (PS) qui entend enrayer "l'effet émeutes 2007" en valorisant sa ville auprès des médias. "Regardez la sprinteuse Myriam Soumaré (révélation des Championnats d'Europe d'athlétisme de Barcelone), elle est de Villiers! Et dans le domaine économique, la chambre de métiers du Val-d'Oise a installé son institut des métiers sur notre commune."

 

Mais, dans l'immédiat, c'est une loi sur les "discriminations géographiques" qu'attend l'élu confronté dans sa ville à un chômage flirtant avec les 20%, avec des pics à 33% chez les moins de 25 ans résidant en ZUS.

Les effets du lieu de résidence sur l'accès à l'emploi : une expérience contrôlée sur des jeunes qualifiés en Ile-de-France. Téléchargez le rapport

Olivier Zanetta

20 octobre 2010

NOUVELLE NUIT DU TESTING POUR SOS RACISME

Ouajdi Feki (en médaillon, au centre) s'est vu refuser l'entrée du 1810 avec la jeune femme qui l'accompagnait / Pierre Charmet

Publié le 18.10.2010 par le www.progres.fr

Des couples de couleur se sont présentés à l'entrée de trois établissements, à Saint-Etienne, La Talaudière et Saint-Cyprien. L'un a refusé l'entrée aux personnes d'origine maghrébine

On appelle ça un « testing » : prouver qu'il y a eu discrimination sur la base de critères raciaux. SOS racisme utilise ce procédé depuis de nombreuses années, pour dénoncer la sélection qui est parfois faite à l'entrée des discothèques. C'est ainsi que, dans la nuit de samedi à dimanche, l'antenne départementale de l'association a demandé à trois couples de se rendre dans trois établissements différents. Le premier couple étant d'origine maghrébine, le deuxième d'origine « subsaharienne », et le troisième de type européen. Tous bien habillés, cela va de soi. « On les envoie chacun leur tour à quelques minutes d'intervalle », explique Melinda Fadel, qui supervise le dispositif. « Et on enregistre les conversations avec un micro dissimulé, ce qui peut éventuellement servir de début de preuve en cas de refus. »

Il est 0 h 30 lorsque la première discothèque est testée. Il s'agit du Trianon à Saint-Etienne. Les deux couples de couleur se présentent comme prévu, l'un après l'autre. Ils parviennent à renter sans problème. Du coup, le couple « européen » se voit dispenser de tenter sa chance. Plutôt encourageant ? « Non, c'est normal », estime Norbert Nitcheu, président départemental de SOS racisme. Un militant souligne toutefois « que c'est un peu tôt, et qu'il n'y a peut-être pas grand monde. Du coup, on les laisse entrer plus facilement ».

Deuxième test au 1810, à La Talaudière. Sauf que c'est l'anniversaire de l'établissement et que la file d'attente est impressionnante. « On va perdre du temps, on fait quoi ? » demande un couple. « Faisons d'abord l'autre, on reviendra après » dit Melinda.

Direction le Méli-Mélo, donc, à Saint-Cyprien. Les établissements de la plaine du Forez ont la mauvaise réputation de refuser les gens de couleur. Mais surprise : là encore, les couples maghrébin et noir entrent sans problème. L'opération va-t-elle faire chou blanc ? « Non, le but n'est pas de piéger », assure Ouajdi Feki, le coordinateur régional. « C'est de dénoncer une réalité qui n'est pas acceptable ».

Et c'est finalement lui qui va en faire les frais. Car il compose le couple d'origine maghrébine avec une jeune femme et, lorsque tous deux retournent au 1810, le portier leur refuse l'entrée. Ouajdi a beau insister, celui-ci ne veut rien entendre. Par contre, il voit le couple noir dans la file d'attente, et le fait entrer sans problème.

Lorsque toute l'équipe revient pour expliquer sa démarche, le videur dit : « Je croyais que vous vouliez entrer avec les trois autres jeunes gens derrière vous ». Manière de signifier qu'il refusait un groupe trop important. Le gérant, lui, affirme que son établissement était déjà complet. « Sinon, je suis hors sécurité » plaide-t-il. Sauf que d'autres personnes sont entrées juste après le couple… La tentative de dialogue tourne court, et les militants décideront finalement de déposer plainte.

Jean-Hugues Allard

« Ça confirme le racisme anti-beurs à l'entrée de certaines discothèques »

Un seul couple refusé sur les trois établissements, le bilan pourrait paraître positif. « Mais c'est encore un de trop » déclare Norbert Nitcheu. « Et encore une fois, c'est un couple d'origine maghrébine qui en fait les frais ». Ce qui n'est pas nouveau, selon lui : « Ce testing confirme les précédents : il y a un racisme anti-beurs à l'entrée de certaines discothèques. Les blacks n'ont quasiment jamais de problèmes, mais les personnes d'origine maghrébine sont clairement victimes de discrimination ».

Il en est une que l'expérience a marquée : la jeune femme qui composait le couple beur : « C'est la première fois que j'allais en boîte. Franchement, c'est humiliant. On se demande ce qu'on a fait pour mériter ça ».

J.-H. A.

07 octobre 2010

CIRCULAIRE : SOS RACISME DÉPOSE UN RECOURS DEVANT LE CONSEIL D'ETAT


circulaire3.png
COMMUNIQUE DE PRESSE

SOS Racisme tient à manifester son indignation du fait de la circulaire adressée par le Ministère de l’Intérieur aux Préfets le 5 août dernier et faisant explicitement mention des « roms ».

Il apparaît qu’un texte de la République ayant une visée répressive fait désormais ainsi explicitement référence à un groupe défini ethniquement.

Cette circulaire ne fait finalement que reprendre sur le papier ce que les discours officiels de cet été auront insinué : il est possible de déroger au principe d’égalité envers certaines personnes vivant sur le territoire national.

SOS Racisme déposera un recours devant le Conseil d’Etat afin de contester la légalité de cette circulaire et étudie la possibilité d’une action pénale pour provocation à la discrimination raciale.

Au-delà, il appartient aujourd’hui au Ministre de l’Intérieur de s’expliquer sur cette circulaire, d’expliquer comment un tel texte a pu sortir de ses services et de prendre les sanctions appropriées, à moins de penser que le Ministre soit solidaire de ce ciblage d’un groupe au sein de la population.

Téléchargez les circulaires concernées :

- Circulaire 13 septembre

Circulaire_du_9_août

Circulaire_du_5 août

- Circulaire_du_24_juin

04 octobre 2010

RIRE ENSEMBLE CONTRE LE RACISME

MAX BOUBLIL A RIRE CONTRE LE RACISME FAIT LE BUZZ

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu