Avertir le modérateur

31 mai 2011

Polémique autour d’une étude sur le CV anonyme

Le 31 mars 2011, une équipe de chercheurs du Crest (Centre de Recherche en Économie et Statistiques), de J-Pal Europe et de l’École d’Économie de Paris rendait publique une étude sur le CV anonyme. Pour réaliser cette enquête, ses auteurs se sont appuyés sur le réseau d’agences de Pôle emploi qui a diffusé auprès de 1000 établissements plusieurs milliers de candidatures, selon un protocole suivant « un principe d’affectation aléatoire (tirage au sort) permettant de comparer des offres avec CV anonymes (offres test) à des offres statistiquement identiques, mais recourant au CV nominatif (offres témoin) ».

En analysant les résultats des tests ainsi effectués, les chercheurs ont relevé que, « à la suite de l’anonymisation, les recruteurs hommes sélectionnent davantage de femmes, les recruteurs jeunes davantage de seniors. » Ce qui confirmerait, selon les auteurs de l’étude « l’hypothèse d’homophilie, c’est‐à‐dire la tendance des recruteurs à favoriser leurs semblables. »

Les chercheurs ont mis en évidence un second résultat plus inattendu : selon eux, « le CV anonyme pénalise les candidats issus de l’immigration ou résidant en Zone Urbaine Sensible (ZUS) ou dans une ville en Contrat Urbain de Cohésion Social (CUCS). » « Avec des CV nominatifs », constatent-ils en effet,  « les candidats issus de l’immigration et/ou résidant en ZUS‐CUCS ont 1 chance sur 10 d’obtenir un entretien, tandis que le reste des candidats a 1 chance sur 8. Lorsque les CV sont anonymisés, l’écart s’accroît : 1 chance sur 22 pour le premier groupe contre 1 chance sur 6 pour le second. » Le CV anonyme serait donc un obstacle à la pratique d’une discrimination positive : « il se peut que l’anonymisation du CV, en ôtant de l’information sur les candidats, ait empêché les employeurs de réinterpréter à l’avantage des candidats potentiellement discriminés les autres signaux du CV. Par exemple, les “trous” dans le CV pourraient être expliqués par un accès plus difficile à l’emploi lorsque le CV montre que le candidat réside en ZUS, mais pas lorsque cette information est masquée. »

Cette interprétation et les conclusions qui en sont tirées sont fermement dénoncées par Jean-François Amadieu. Sur son blog, le fondateur de l’Observatoire des discriminations relève d’abord que « toutes les études menées tant en France qu’à l’étranger ont montré que [cette bienveillance supposée à l'égard des publics potentiellement discriminés] n’était pas le comportement habituel des recruteurs (sondages, testings, études statistiques). » « En moyenne, un candidat au nom et prénom de type africain a 3 fois moins de chances de recevoir une réponse positive après l’envoi de sa candidature », rappelle-t-il. Ensuite, il estime que l’expérience menée valide l’hypothèse selon laquelle, pendant la phase de sélection, l’anonymisation des CV protège des discriminations qui, fussent-elles positives, demeurent illicites. Enfin, Jean-François Amadieu juge que ces résultats surprenants sont plutôt dus au « fait que les employeurs qui ont fait l’objet de l’étude étaient volontaires ou informés de l’analyse des discriminations qui serait réalisée dans leur entreprise. » « Comment imaginer que les recruteurs n’aient pas souhaité se comporter de manière vertueuse ? », s’interroge-t-il.

Cet « effet placebo » a certes été avancé comme une des explications possibles par les chercheurs, mais pour être écarté au terme d’une étude complémentaire comparant cette fois-ci des offres nominatives en situation d’expérimentation avec des offres nominatives postérieures à l’expérimentation. Les chercheurs n’ont alors pas trouvé de différence significative dans le comportement des recruteurs pendant et après l’expérimentation. Il n’est cependant pas certain que cela suffise à écarter les doutes qui pèsent sur la fiabilité de l’étude. Pour SOS Racisme, cette étude montrerait en effet que l’« on cherche à prouver que [le CV anonyme] ne marche pas. »

Source : Alain Piriou pour infos-discriminations

Le CV anonyme, une fausse bonne idée à oublier ?

Le CV anonyme obligatoire, prévu par une loi de 2006 dont les décrets ne sont jamais parus, risque de rester dans les limbes au regard d'une étude d'experts le déconseillant pour faciliter l'embauche des jeunes d'origine étrangère.

Expérimenté dans nombre de grandes entreprises, le curriculum vitae anonyme est censé permettre aux personnes victimes de préjugés liés à la couleur de peau, au nom, au lieu de résidence ou à l'âge, de décrocher un premier entretien d'embauche. Mais au ministère du travail, à qui il appartient de publier les décrets d'application de la loi qui rend obligatoire ce CV dans les entreprises de plus de 50 salariés, on veut désormais "prendre le temps de la réflexion". "Au regard des résultats de l'étude, on a raison d'être dans une mesure expérimentale", indique-t-on.

En septembre dernier, Eric Besson, alors ministre de l'immigration, avait demandé à Pôle emploi un bilan d'étapes. Une étude quantitative publiée en avril, réalisée en collaboration avec Pôle emploi, conclut que non seulement ce type de CV n'avantagerait pas les demandeurs d'emploi issus de l'immigration, mais qu'il les pénaliserait : ainsi avec les CV nominatifs, ces candidats ont une chance sur dix d'obtenir un premier entretien contre une chance sur huit pour les autres, mais lorsque le CV est anonyme, l'écart s'accroît à 22 contre 6 (lire la synthèse du rapport).

Ses auteurs – du Centre de recherche en économie et statistiques (Crest), de J-PAL et de l'Ecole d'économie de Paris – sont les premiers surpris de ce résultat. Entre autres pistes, ils supposent que le CV anonyme empêcherait une certaine discrimination positive envers ces jeunes. Le résultat de l'étude serait dû à la tendance qu'ont les recruteurs à "relativiser" les carences des CV des candidats issus de l'immigration quand ils sont nominatifs, analyse Bruno Crépon, du Crest. Indulgence qui disparaîtrait dans le cas contraire. "Ils pardonnent plus des 'trous' dans le CV ou des fautes d'orthographe quand ils connaissent les origines sociales", ajoute-t-il.

LE CV ANONYME DANS LE PROGRAMME DU PS

En revanche, selon eux, ce CV est utile pour éviter une tendance à privilégier ses "semblables" : les recruteurs hommes sélectionnant plus souvent les CV de candidats masculins, les femmes ceux des femmes. "Mais comme on trouve des recruteurs des deux sexes et des recruteurs plus ou moins jeunes, les phénomènes d'homophilie se compensent d'un recruteur à l'autre et l'anonymisation du CV n'améliore pas, en moyenne, les chances des femmes ni des seniors", conclut le rapport.

Pour SOS Racisme, ferme partisan de la généralisation du CV anonyme, les conclusions de l'étude sont "contradictoires" et sa "fiabilité" sujette à caution. "On cherche à prouver que cela ne marche pas", estime Loïc Rigaud. De grandes entreprises qui l'ont mis en place en tirent un bilan positif : "Tous nos CV sont anonymes depuis plusieurs années", sauf rare exception, et on en est "très satisfait", souligne Pierre-Olivier Salmon, de PSA Peugeot.

A un an de la présidentielle, le sujet s'immisce dans le débat politique : la généralisation du CV anonyme figure dans le programme du PS pour 2012. De son côté, Yazid Sabeg, commissaire à la diversité, qui avait lancé il y a deux ans une expérimentation de ces CV, n'y voit "pas une panacée". D'autres moyens, selon lui, existent pour combattre la discrimination à l'embauche, comme "la méthode des habiletés", où "on met en situation un candidat dans le futur job qu'il veut occuper et on l'évalue", ou la "méthode de rating" où on soumet le même questionnaire aux candidats avant de les noter. Pour Soumia Malinbaum, présidente de l'Association française des managers de la diversité, la méthode des "habiletés" – faisant abstraction des diplômes – expérimentée à La Poste, s'est révélée plus efficace contre la discrimination.

Dans un discours prononcé le 17 décembre 2008 à l'Ecole polytechnique, Nicolas Sarkozy avait souhaité que "le CV anonyme devienne un réflexe pour tous les employeurs". Les internautes du Monde.fr, interrogés en 2009 alors que l'expérimentation du dispositif était en cours, dressaient déjà un bilan mitigé de son efficacité.

Source : LEMONDE.FR avec AFP

27 mai 2011

Des gendarmes font le portrait des “Niktamère"

f53e8eacf21f52c005db34ead60c8dca.jpg

Ils figurent en bonne place sur un tableau de service de la gendarmerie de Bras-Panon. Deux imprimés qui dressent le portrait-robot des jeunes “Niktamère”, un “nouvel animal introduit en Europe de l’Ouest”. Ce texte vise les jeunes originaires du Maghreb. Pas sûr que ces écrits racistes et d’extrême-droite fassent rire la hiérarchie de la gendarmerie nationale.

“Identification”, “mode de vie”, “moyens de transports” et un schéma en guise de fiche signalétique. Ces deux pages proposent un exposé très exhaustif en forme de message d’avertissement sur le “jeune Niktamère” qui “ne sort que la nuit et se déplace généralement par petits troupeaux de 5 ou 6 spécimens appelés branleurs”. Le texte cible les jeunes Maghrébins qui vivent “dans les grandes villes de notre pays”. Ces imprimés A4 tirés d’un message internet diffusé au sein de la gendarmerie doivent être considérés de la plus grande importance au sein de la brigade de Bras-Panon. Ils sont exposés sur l’un des panneaux de service de cette gendarmerie, au-dessus du message officiel de recherche lancé à l’encontre de Joseph Yanis d’Eurveilher qui s’est évadé de la prison de Saint-Pierre en disparaissant de l’hôpital de Saint-Pierre le 6 mai dernier et d’un courrier au sujet d’une cérémonie tamoule arrivé le 28 avril 2011. Ce qui prouve que cette affichage est récent. Dire que le texte est discriminatoire et xénophobe à l’égard des jeunes de banlieue issus de l’immigration et d’Afrique du Nord est un euphémisme. Car après avoir décrit le “Niktamère” comme vêtu d’un survêtement, chaussé de baskets portant une casquette et avec “le regard haineux”, le message précise qu’il s’agit d’un “animal en voie de disparition dans son pays, le Maghreb”. Le texte enchaîne ensuite les pires clichés en faisant l’amalgame entre le fait d’être un jeune Maghrébin et celui d’être un délinquant. Ainsi le “Niktamère” est un “animal peureux et craintif. Il fuit devant tout être humain de bonne constitution, toutefois il s’attaque aux femmes seules et aux personnes âgées, ainsi qu’aux enfants à la sortie des écoles”. “Les plus vieux “Niktamère”, appelés Chibani, s’agglutinent durant la journée aux points de survie (cafés, bars, PMU, bancs publics, parcs et marchés, pelouses. Le “Niktamère” ne chante pas la Marseillaise : il la siffle. Il se fait enterrer en Afrique du Nord mais personne ne sait qui paie (Qui à votre avis ?)”.

“MOHAMED, MOULOUD, KADER, RACHID OU MOURAD”

Et de préciser, pour donner un peu plus dans l’anti-musulman, que le “Niktamère est armé d’un couteau qu’il utilise pour égorger les moutons mais pas seulement... Il répond habituellement au nom de Mohamed, Mouloud, Kader, Rachid ou Mourad”. Ces jeunes sont désignés comme les responsables des incendies de voitures dans les banlieues et les caillassages de véhicule de pompiers, ainsi que comme des trafiquants qui “veillent jalousement à la virginité de ses sœurs”. On pourra aussi reprocher aux gendarmes d’afficher ostensiblement leurs opinions d’extrême-droite : “Le “Niktamère protège jalousement son territoire où il pratique le business. Tout intrus en est violemment chassé... Si les intrus, généralement, vêtus de bleu ou de noirs sont trop nombreux, il appelle cela de la provocation et en appelle à Emmanuelle Béart, Josiane Balasko, Guy Bedos, aux communistes, aux socialistes ou autres vedettes du show-biz”.

Ces propos sont encore plus virulents et racistes quand les jeunes Maghrébins sont assimilés à des animaux : “grégaire, caractériel et indomptable, le “Niktamère” est aux sociétés policées ce que le zèbre est aux arts équestres”. Et d’ajouter que “les pattes sont cagneuses (pas par le travail !!!). Le teint est mat. La chevelure dense et noire”. Ou qu’il est “une espèce protégée par diverses associations (Mrap, SOS Racisme)”.

Encore plus odieux : “le “Niktamère fait l’objet d’une interdiction de chasse, d’où un risque de prolifération dangereux pour l’équilibre de notre système judéo-chrétien”. “Chasse”, animal”, “prolifération” : des mots dangereux qui font froid dans la bouche lorsqu’ils viennent de représentants de la force publique. Dans la même logique, les auteurs distinguent bien l’immigré du Français de souche : “il fait vrombir jusque tard dans la nuit sous les fenêtres des travailleurs (Français de Souche). Celui qui travaille et qui, par pitié, par charité (nous sommes des Chrétiens), l’aide à vivre pour ne pas le laisser mourir de faim”.

“A DIFFUSER SANS MODÉRATION”

Le plus inquiétant dans l’affaire est que ces deux feuilles A4 ne sont pas placardées dans le bureau d’un militaire mais dans le couloir, autrement dit un espace commun à la brigade. Ce qui laisse entendre que cet affichage n’est pas l’œuvre d’un gendarme cherchant à se défouler ou à partager une mauvaise et grosse blague. Il est vrai que le message se conclut par ce conseil écrit en capitales : “A diffuser sans modération”. Ces propos exposent clairement ceux qui les diffusent à des sanctions pénales. Mais aussi à des sanctions disciplinaires car ils sont antinomiques des valeurs de la gendarmerie nationale.

Les règles déontologiques de la gendarmerie sont exposées dans plusieurs textes de loi et décrets et sont fondées sur le respect de la loi, et de la personne humaine, la neutralité, le contrôle de l’usage de la force et la transparence dans l’exercice des missions. Difficile en effet qu’un gendarme puisse afficher ce genre de message et être capable de faire preuve de droiture dans sa mission et de respect des personnes sans distinction de leurs origines. En découvrant cette histoire, beaucoup de gendarmes seront sidérés que l’on puisse à ce point dégrader l’image de leur corps et saboter leurs missions quotidiennes durant lesquelles ils peuvent mettre leur existence en péril.

Source : Jérôme Talpin sur clicanoo.re

 

LE PREFET SERA INTRANSIGEANT

Voir la vidéo

Après la révélation ce matin par le journal de l’île de l’affaire du portrait des "Niktamère", (portrait affiché dans la gendarmerie de Bras-Panon), Michel Lalande, le préfet de la Réunion a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a exprimé sa profonde indignation. Le commandant de la brigade a été suspendu de ses fonctions. Une enquête est ouverte.

Source : M.C sur clicanoo.re

26 mai 2011

Gratuité pour tous les - de 26 ans dans les musées sans discrimination


SOS Racisme gratuité des musées -26 ans... par mathildecolas

19:23 Publié dans *DISCRIMINATION | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18 mai 2011

Newsletter "l'Actu juridique" - mai 2011

actu juridique.gif

tableau.png"A LA UNE"

Quotas discriminatoires : Dominique SOPO dénonce un "racialisme délirant". Lire

Médiapart : Les petits calculs de la DTN sur l'origine des joueurs. Lire

SOS Racisme a saisi la Cour de Justice à l'encontre de M. Claude GEANT. Lire

 

circulaire4.jpg

SOS RACISME OBTIENT L'ANNULATION DE LA CIRCULAIRE ANTI-ROMS DEVANT LE CONSEIL D'ETAT

"Pour mettre fin à la chasse aux Roms". Lire notre dossier

Vaste offensive de SOS Racisme contre le ministère de l’intérieur et ses services déconcentrés. Lire

Val de Marne : La préfecture de Police demande de ficher les gens des "Pays de l’Est". Lire - Exclu : Les preuves en images

 

784473082.jpg1ère NUIT DU TESTING : DES RESULTATS INQUIETANTS

"Folle nuit du Testing en Europe" : Récit

"White only", tribune de Benjamin Abtan, Secrétaire général de l’EGAM paru dans Médiapart Lire

besancon.jpgegam.jpg



 

 

zemmour charlie.jpg"NON A JEAN-MARINE LE PEN"

"Le vrai visage du Front National" : Une photo d'un candidat FN faisant un salut Nazi. Voir

"Le quart de la Marine", Tribune de Dominique SOPO, paru dans le Monde.  Lire la suite

SOS Racisme 35 : Non à l'extrême droite en Bretagne : Signez la pétition

Cantonale en Ardèche : une candidate dérape et est suspendu par l'UMP suite à des révélation de SOS Racisme. Lire - Exclu : 29 capture d'écran du compte facebook de la candidate!

 

ZEMMOUR CONDAMNE POUR PROVOCATION A LA DISCRIMINATION. LIRE

"Les lecons d'un procès", tribune par Michaël GHNASSIA, avocat de SOS Racisme. Lire

« SOS Racisme vs Zemmour » Lire notre dossier

Dominique SOPO     L'affaire Zemmour       Montage Vidéo     Ses soutiens
sur Mot Croisés           en image     Le meilleur de Zemmour     en vidéos
mot croisé.pngzemmour-hessel.jpgzemmour.jpgzemmour2.jpg



 

 

L'AGENDA DES POTES


concertpourlegalite.jpgAG de Péparation du "Concert pour l'égalité"

evenement-facebook-fr.jpg

Samedi 21 mai de 11h à 14h00 au local de SOS Racisme

SOS Racisme organise un grand concert le 14 juillet au Champ de Mars. Ce concert organisé dans le cadre de la campagne "La France c'est Nous" veut renouer avec les grands concerts des débuts de l'association en portant un message de fraternité et d'égalité.

Pour ceux qui souhaite participer à l'organisation de ce grand évenement, nous organisons une Assemblée Générale de préparation du concert, le samedi 21 mai de 11h00 à 14h00 dans les locaux de SOS Racisme : 51 av de Flandres 75019 - Paris - M° Riquet - Stalingrade.

              Affiche 4 juin_2.jpg       

Les rencontres Nationales des Maisons des Potes : "Pour faire de l'égalité une réalité".

evenement-facebook-fr.jpg

Le samedi 4 juin prochain de 10h à 23h à l'Hotel de Ville de Paris - Rue Lobau 75004 Paris.

Il y a un, le 4 juin 2010, nous nous sommes réunis au stade de France pour débattre de la situation de la jeunesse des quartiers, 20 ans après la création des Maisons des Potes. A l'issue de ces rencontres nationales, nous avons choisi de défendre 10 propositions concrètes pour faire de l'égalité une réalité dans le domaine de l'éducation, la justice, l'éducation populaire, l'emploi, l'immigration, le logement, la culture, le féminisme, les discriminations, la laïcité. Inscrivez vous en ligne.

 

Suivez SOS Racisme sur la toile

facebook.jpgimages.jpgrss.jpgdailymotion.jpg

17:07 Publié dans Newsletter : "L'actu juridique" | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16 mai 2011

Tags racistes: sursis pour des skinheads

Deux skinheads de 21 ans ont été condamnés aujourd'hui à 18 mois de prison avec sursis pour avoir, en août 2009, recouvert de tags racistes un lieu de culte musulman à Toul (Meurthe-et-Moselle), dont ils avaient "orné" la porte et les volets avec une tête et des pieds de cochon. Un troisième jeune homme, poursuivi pour complicité, a été relaxé.

Lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Nancy, le 19 avril dernier, les deux tagueurs avaient expliqué qu'ils voulaient venger une agression dont avait été victime quelques jours plus tôt un prêtre catholique, dans ce même quartier de Toul jusqu'alors réputé sans histoire. Ils avaient ensuite expliqué que leur action se voulait également une riposte à un différend qui les opposait au gérant d'un restaurant de kebab.

Outres les propos xénophobes et antisémites, des croix gammées et sigles "SS" avaient été tagués sur le lieu de culte, provoquant un vif émoi dans la communauté musulmane locale.

Deux des avocats des skinheads soutenaient que leur acte était "irresponsable" et "juvénile". Un troisième avocat avait en revanche estimé qu'il y avait "deux poids deux mesures dans ce pays". "On ne met pas autant de zèle à poursuivre les profanations contre les églises catholiques", avait-il asséné, provoquant un incident avec la présidente du tribunal.

Les deux jeunes hommes ont été en outre condamnés à verser solidairement 25.000 euros de dommages et intérêts à différentes parties civiles, dont la Licra, SOS Racisme et la Ligue des droits de l'Homme.

Source : l'AFP pour Le Figaro

07 mai 2011

«L’immense majorité des joueurs est persuadée que les Noirs sont naturellement plus costauds»

 

Sébastien Chavigner, doctorant et chargé de cours à Sciences Po Paris, est l’auteur d’un mémoire de recherche portant sur les joueurs noirs dans le football français, réalisé en 2010 à partir d’une enquête de terrain dans les centres de formation. Il estime que les «croyances racialistes» imprègnent tout le football français, des encadrants techniques aux joueurs.

1304751784Lors de votre enquête de terrain avez-vous observé dans les centres de formation une surreprésentation des joueurs noirs?

Pour parler de surreprésentation, il faut se référer à la population totale, «non-footballeuse». D’après un sondage réalisé par l’institut TNS-Sofres pour le compte du Cran en 2007, la population noire de France, tout du moins la partie de la population française s’auto-identifiant comme «noire» ou «métisse» avec des «ascendants noirs», s’élèverait à 3,86%.

 

Lire la suite

10:30 Publié dans *DISCRIMINATION, *FICHAGE ETHNIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blanc, fff, laurent, fichage, ethnique, discrimination, noir, foot |  Facebook |

Médiapart : Les petits calculs de la DTN sur l'origine des joueurs

A la veille des révélations de Mediapart, un travail d'étiquetage avait déjà démarré à la Fédération française de football. Pour étayer leur théorie sur le trop-plein de gamins dits «binationaux», des cadres de la direction technique nationale avaient commencé à bricoler, dans leur coin, des statistiques sur l'origine étrangère présumée des principaux jeunes joueurs français.

Source : Médiapart

Médiapart : Les petits calculs de la DTN sur l'origine des joueurs

A la veille des révélations de Mediapart, un travail d'étiquetage avait déjà démarré à la Fédération française de football. Pour étayer leur théorie sur le trop-plein de gamins dits «binationaux», des cadres de la direction technique nationale avaient commencé à bricoler, dans leur coin, des statistiques sur l'origine étrangère présumée des principaux jeunes joueurs français.

Source : Médiapart

 

 

"Objectif: convaincre la fédération de l'ampleur du 'problème', et de la nécessité de prévenir un futur 'exode' sportif en instaurant des quotas discriminatoires dès l'âge de 12 ans, à l'entrée des pôles Espoirs", poursuit Mediapart.

Mediapart affirme avoir interrogé "fin avril sur sa méthode, François Blaquart", qui "a paru très embarrassé". Dans la catégorie "binationaux", M. Blaquart a déclaré, selon Mediapart: "on a réellement mis les joueurs qui peuvent être attirés, sentimentalement, affectivement, par la nation dont un membre de leur famille est issu."

Ces joueurs figurent en jaune sous la mention 'joueurs sélectionnés FFF susceptibles à tout moment d'opter pour une autre nation sportive', selon le document produit par Mediapart.

Pressé de détailler par Mediapart le DTN "se fait plus clair sur sa méthode de tri: 'Mais enfin, c'est pas dur à savoir! C'est lié au nom, par exemple'", rapporte le site d'information.

"Et puis, il y a aussi le vécu des joueurs", ajoute François Blaquart, selon Mediapart "en parlant de religion, sous-entendu musulmane: 'Les jeunes peuvent pratiquer (dans les centres, ndlr), vous savez, il n'y a pas de barrière'."

"Derrière ce graphique anonyme, y a-t-il des données nominatives, avec une véritable liste de binationaux présumés, qui traînerait à la DTN?s'interroge Mediapart. Sur ce point, François Blaquart n'a pas répondu. Mais au cours de la réunion de novembre 2010, à huis clos, il déclarait à ses collègues, en proposant d'instaurer 'une espèce de quota': 'On a les listes...'."

M. Blaquart, et Fernand Duchaussoy, président de la FFF, appelés par l'AFP depuis jeudi soir, n'ont toujours pas répondu.

Source : Liberation avec AFP : voir l'article en entier : "Affaire des quotas : pour Jouanno, le problème, c'est l'exploitation du graphique"

 

FFF : TOUCHE PAS A MON POTE MOHAMED BELKACEMI

Mohamed Belkacemi, le conseiller technique national en charge du football dans les quartiers à l’origine de l’enregistrement de la réunion du 8 novembre 2010 de la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération française de football (FFF), est désormais au cœur de l’affaire des quotas discriminatoires révélée par Mediapart.

Qualifié de taupe, de délateur, ou encore d’espion aux méthodes dangereuses, Mohamed Belkacemi subirait désormais les foudres de la FFF, dont certains membres de la direction envisageraient de s’en séparer pour « manque de loyauté » selon un haut dirigeant de l’institution.

SOS Racisme tenait à lui apporter son soutien, au regard de la sémantique des plus douteuses qui émerge désormais à son encontre. Nous rappelons par ailleurs que la loi protège le salarié qui témoignerait de l’existence de pratiques discriminatoires au sein de la structure qui l’emploie (article L1132-3 du code du Travail).

Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, il s’agit de ne pas se détourner des faits graves initiaux, et de ne pas se focaliser sur un potentiel dérivatif de circonstance :

« Les informations révélées par Médiapart et concernant des propos racistes et des pratiques discriminatoires qui pourraient sévir au sein de la FFF sont d’une particulière gravité.

La mise en cause de hauts cadres de cette instance, notamment du Directeur technique national, doit amener à une enquête approfondie afin de faire toute la lumière sur cette affaire, soit pour en montrer l’inexistence, soit pour prendre les sanctions qui s’imposent. En effet, les accusations portées par Médiapart sont précises et graves.

Ainsi, le fait d’associer, pour un Directeur Technique, l’origine des gens, leurs aptitudes physiques et leurs aptitudes intellectuelles renverrait à un racialisme délirant qui voit dans le Noir l’animal et dans le Blanc la civilisation. Si, en outre, une telle vision avait conduit à des ordres de discrimination raciale dans la sélection des jeunes retenus dans les centres de formation, nous sortirions de la bêtise de l’expression pour entrer dans la volonté d’agir sur des bases ignobles et fort heureusement proscrites par la loi.

Si les faits allégués étaient avérés, SOS Racisme se réserverait le droit d’engager toute action judiciaire de nature à ne pas laisser s’installer dans notre pays des systèmes discriminatoires sciemment et méthodiquement mis en place.

Monsieur Belkacemi fait honneur aux principes de la République en ayant agi de sorte à ne pas laisser se mettre en place un système discriminatoire. Le scandale n’est pas à chercher dans l’attitude de Monsieur Belkacemi mais dans les propos et l’attitude de ceux qui ont semble t’il manifesté la volonté de déroger aux principes d’égalité les plus sommaires."

Quotas discriminatoires: Dominique Sopo de SOS racisme dénonce un «racialisme délirant»

article_Dominique.jpg

Dans une enquête parue jeudi le site Mediapart affirme à avoir les preuves que des dirigeants de la DTN et de la FFF chercheraient à réduire le nombre de noirs et d'arabes dans les différentes équipes de France. Malgré les démentis du président la fédération, Fernand Duchaussoy et du sélectionneur Laurent Blanc par l’intermédiaire du chef de presse de l’équipe de France, les réactions continuent à fuser dans le monde du football à l’évocation de ce projet éventuel.

 

Dominique Sopo dénonce un «racialisme délirant»

«Les accusations portées par Médiapart sont précises et graves, estime le président de SOS racisme Dominique Sopo dans un communiqué. Ainsi, le fait d’associer, pour un Directeur Technique, l’origine des gens, leurs aptitudes physiques et leurs aptitudes intellectuelles renverrait à un racialisme délirant qui voit dans le Noir l’animal et dans le Blanc la civilisation… Si les faits allégués étaient avérés, SOS Racisme se réserverait le droit d’engager toute action judiciaire de nature à ne pas laisser s’installer dans notre pays des systèmes discriminatoires sciemment et méthodiquement mis en place.»

José Anigo et l'OM remontés contre Médiapart

Selon le site d'information, la discrimination envers des joueurs noirs ou d'origine arabe aurait déjà débuté dans les centres de formation de Lyon et Marseille. Directeur sportif de l’OM, José Anigo n’apprécie de du tout l’accusation du site de Médiapart. «C'est honteux de porter pareilles accusations contre notre club,s’énerve Anigo sur le site officiel du club. J'invite celui qui le souhaite à venir jeter un oeil sur nos effectifs. A L'OM, on a toujours considéré que cette mixité était une richesse.» De son côté, l’OL a aussi infirmé et déploré les accusations de Médiapart sur son site officiel.

Pape Diouf: «le foot français est raciste»

Joint par RMC Info, l’ancien président de l’OM n’est pas plus surpris que cela par les révélations de Médiapart. «Savoir si la réunion dont on parle a eu lieu ou non me paraît complètement superflu. Je ne dis pas qu’elles sont vraies, mais je ne suis pas étonné par ces révélations. La vérité est la suivante. Le football français est à l’image de sa société. Le football français est raciste, il exclut.»

Lilian Thuram a d’abord cru à une blague

L’ancien défenseur de l’équipe de France ne cachait pas sa stupeur et son malaise dans les colonnes de l’Equipe après les révélations de Médiapart.  «Je suis tellement abasourdi. Je ne sais quoi répondre. J'ai  cru à une blague. Mais lorsqu'un ami m'a envoyé l'article, je me suis vraiment posé des questions car ce site a une réputation sérieuse.  J'ai essayé de joindre le président de la Fédération pour qu'il m'explique, raconte celui qui a siégé comme élu à la FFF entre 2008 et 2010.  C'est tout un monde qui s'écroule. Mais je ne veux pas être dans l'émotion pour réagir. J'attends d'avoir plus d'éléments.»

Source A.P. pour 20minutes.fr

 

09:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quotas, fff, blanc, médiapart, sos racisme, sopo |  Facebook |

04 mai 2011

Info Obs : Patrick Lozès est candidat à la présidentielle de 2012

patrick-lozes-tintin-caricature-realite-pedag-L-1.jpegLe président du CRAN se veut la voix des "minorités", des "non représentés", mais prévient : "ma candidature n’est pas celle d’une victime".

"Le dimanche 22 avril 2012, à ce rendez-vous citoyen de la Constitution de la Vème République, j’ai décidé d’être présent". Français d’origine africaine, selon l’expression consacrée, Patrick Lozès, 46 ans, docteur en pharmacie, fondateur et président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), saute le pas. Il sera candidat à la prochaine élection présidentielle de 2012, l’écrit dans un livre à paraître (1) et le confirme au Nouvelobs.com.

En 2002 déjà, Christine Taubira, la députée de Guyane, s’était lancée dans la bataille ; mais elle représentait les radicaux de gauche PRG. Lozès, lui, veut faire entendre la voix des "minorités", des "non représentés", des "invisibles". Il portera le fer dans les plaies du moment : discrimination, communautarisme, montée de la xénophobie et du Front national, surenchère de la droite au pouvoir sur les thématiques frontistes et  "apathie" d’une gauche le plus souvent tétanisée par les procès en laxisme et "droit de l’hommisme" qu’on lui intente. Déjà, il avait fait savoir (le Nouvel Observateur du 24 mars) qu’après les propos tenus par Claude Guéant, il ne participerait pas à la mise en place de cet Observatoire national du racisme qu’il avait pourtant appelé de ses vœux, avec le sociologue Michel Wievorka, dans un rapport commandé par le gouvernement.

Ancien membre du conseil national de l’UDF, il avait  brisé un premier tabou en fondant en 2005 le Conseil représentatif des associations noires. Noir, le mot était lâché. Il voulait en finir avec ces euphémismes - "issu de l’immigration" -  ou ces circonvolutions, ces "qualifications génériques qui servent qu’à gommer les réalités". Aujourd’hui, il sait à quels procès il s’expose, et les devance. "Provocation médiatique et le coup de pub" ? "Mégalomanie" de celui qui se prend pour un Obama français ? "Inconscience" face à la menace d’un 21 avril bis ? "J’ai attendu que le PS et l’UMP propose un projet mobilisateur sur les questions de l’égalité. Ils ne l’ont pas fait", répond-t-il.

Pour Lozès, les "inconscients", ce sont tous ceux qui "pour gagner les élections sèment depuis des mois des graines dont nous ne faisons que commencer à récolter les fruits amers". Que le foot français en soit à se poser la question des "quotas" montre pour lui les ravages du poison. Le seul antidote ? "Une parole offensive et positive sur la diversité". En France, dit Lozès, la population noire est évaluée à environ 5 millions de personnes, dont 80% sont françaises ; la population arabo- maghrébine à 6 millions, majoritairement française elle aussi. "Même le FN a dû en prendre acte : les minorités visibles sont désormais en grand partie constituées de citoyens français".

Né au Dahomey il y a 46 ans, fils d’un médecin sénateur de la IV° république, puis ministre après l’indépendance dans l’ex-colonie devenue le Bénin, Patrick Lozès est venu vivre à Creil à 14 ans avec sa mère d’origine portugaise ("pourtant rien dans mon apparence ne laisse deviner que je suis un sang mêlé"). Il y a connu le racisme ("les noirs ne peuvent pas comprendre la musique classique", lui disait un professeur), et la discrimination ("malgré mon diplôme de docteur en pharmacie, la couleur de ma peau suffisait à me disqualifier"). Mais, dit-il, "ma candidature n’est pas celle d’une victime.  Ni celle d’un opprimé qui demanderait réparation. Je sais ce que je dois à République".

Dans son livre, droite et gauche ne se valent pas. La sarkosie recueille un zéro pointé ("Guéant banalise le racisme", avait déclaré le patron du Cran au Nouvel Obs). Même si elle se contente le plus souvent de "l’éternel rappel des mantras de la République", la gauche s’en sort mieux.  DSK, par exemple,  "a tout de suite compris et défendu" ses positions. "Quelques mois avant de devenir directeur général du FMI, il a tenu à me rencontrer avec des militants du CRAN". Lozès réfute toutefois l’idée que sa candidature ne serve qu’à monnayer des promesses : "Les promesses je les ai déjà connues". Sa démarche, assure-t-il,  ne ressemble pas à celle d’un Nicolas Hulot en 2002, qui avait fait signer un pacte aux candidats des grands partis. "Bien sûr, je laisse une porte ouverte parce que je ne suis pas irresponsable. Mais ma détermination est totale." Il a déjà commencé à collecter ses signatures : "Ce sera difficile mais pas insurmontable. Les élus comprennent l’urgence de ma candidature. Et on sera surpris de voir d’où viennent les gens qui me soutiennent". Dans quelques semaines, un site internet récoltera les propositions.  "Deux mois après, j’entame un tour de France".

Source : Marie-France Etchegoin – Nouvelobs.com


12:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lozès, patrick, cran, présidentielle, noire |  Facebook |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu