Avertir le modérateur

18 juillet 2011

Plus d'1 million de personnes au concert pour l'égalité

SOS-Racisme-renoue-avec-les-grands-concerts-de-mobilisation_article_popin.jpg

SOS Racisme renoue avec les grands concerts de mobilisation À l’occasion du 14 juillet, l’association SOS Racisme a renoué avec la tradition des grandes mobilisations grâce à un « concert pour l’égalité » donné sur le Champ de Mars à Paris. (Chloé Rondeleux)

Entre 500 000 et un million de personnes ont assisté au concert pour l'égalité sur le Champ de Mars à Paris. Un moyen d’attirer l’attention des citoyens et celle des candidats à un an des élections présidentielles.

Avec cet article Un concert du 14 juillet à Paris sous le signe de l'égalité Retraites, les leçons d'une mobilisation A l'université, la mobilisation contre la réforme des retraites reste limitée Mobilisation contre la réforme des retraites, une semaine tendue Pour son retour sur la scène des grandes fêtes populaires, SOS Racisme a vu grand : le Champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel.

La programmation comptait une vingtaine d’artistes, dont des célébrités comme Yannick Noah, Bénabar ou encore Nolwenn Leroy. Débats et tables rondes ont rythmé la journée sur le site du village associatif où une soixantaine d’organisations étaient présentes. Une telle mobilisation autour d’un grand concert, gratuit et en plein air, ne s’était pas produite depuis près de 20 ans.

Le dernier rendez-vous de cette envergure remonte au 14 juillet 1992 avec le concert « l’Europe des potes » organisé à Paris. « Au moment de sa création en 1984 et tout au long des années 1980, SOS Racisme a organisé beaucoup de grandes mobilisations. À l’époque, on a d’ailleurs reproché à l’association ces vastes opérations médiatiques jugées peu efficaces pour combattre les discriminations », explique Jean-Yves Camus, politologue et chercheur associé à l’Iris (Institut des relations internationales et stratégiques).

« Ces dernières années, SOS Racisme n’a plus été à l’initiative de grandes mobilisations mais cette absence ne signifie pas qu’elle a arrêté ses actions, estime Jean-Yves Camus. Elle était plus présente sur le terrain juridique avec des opérations de testing destinées à mesurer le degré de préjugés. » Une réponse au climat ambiant Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, l’idée d’un concert pour l’égalité s’est imposée par la dégradation des discours. En ligne de mire les déclarations du ministre de l’Intérieur Claude Guéant en mars dernier affirmant que « les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux » du fait d’une « immigration incontrôlée » et le débat controversé sur l’identité nationale lancé par le gouvernement.

À cet égard, le concert pour l’égalité du 14 juillet s’inscrit dans la continuité de la campagne « La France c’est nous » lancée par l’association en 2010. Dominique Sopo est président de SOS Racisme depuis 2003. Dominique Sopo explique pourquoi la forme du concert lui paraît la plus appropriée pour porter les valeurs défendues par SOS Racisme. « Chanter les préoccupations des gens » Le chanteur Idir fait partie de la vingtaine d’artistes ayant répondu présent à l’invitation de SOS Racisme.

À 65 ans, l’artiste n’en est pas à son premier concert de soutien. « J’ai eu la chance de participer à un certain nombre d’actions contre l’exclusion, le racisme, le sida ou l’homophobie », témoigne-t-il. Son thème de prédilection est la question de l’identité qui a inspiré son dernier album La France des couleurs sorti en 2007. Sylvie qui a fait le déplacement jusqu’au Champ de Mars avec une amie a apprécié la « qualité » de la programmation avec des artistes qu’elle a découverts à cette occasion. Sylvie, 60 ans, est venue avec son amie assister au concert sur le Champ de Mars.

Céline et Julie, deux jeunes amies, critiquent pour leur part le choix des artistes qu’elles estiment pas toujours bien en accord avec SOS Racisme mais elles ont été agréablement surprises d’entendre HK & les Saltimbanks, un groupe qu’elles affectionnent particulièrement. « Ce concert est un point de départ à une mobilisation », a déclaré Dominique Sopo sur scène le jour du concert. Le public venu nombreux, entre 500 000 et un million de spectateurs, semble avoir entendu le message.

Source : Chloé RONDELEUX pour La Croix

17:30 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour ! A vrai dire, je ne sais pas bien qui va lire ce message ni si l'on me répondra, mais une question me taraude et c'est qu'elle s'entête l'obstinée : comment pouvez-vous parler de concert pour l'égalité alors que cet évènement a été sponsorisé par Veolia, entreprise on ne peut plus discriminatoie s'il faut le répéter, ?
Je respecte votre association et les buts qu'elle poursuit, mais les moyens utilisés ne soit-ils pas autant important que la fin ? Je me demande vraiment comment on peut accorder une quelconque légitimité à une manifestation prétendument anti-raciste soutenue et financé par une entreprise qui soutient la colonisation israélienne à Jérusalem est ? N'y a t-il donc aucune mémoire du tramway financé par Veolia et des profité engrengés ? Et ce sondage"Le tramway dessert trois stations à Shua'Fat (les quartiers arabes de la ville, ndlr), cela vous dérange-t-il?". Pas raciste pour un sou ? Bref, j'ignore ce qui pourait bien justifier le'acceptation d'un tel financement pour un concert de cette nature, et ne m'explique toujours pas comment des hommes comme Idir ou Abd Al malik n'ont pas tiqué ! Un éclaircissement serait le bienvenu si quelqu'un se perd dans le coin.

Écrit par : Marion | 21 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu