Avertir le modérateur

17 mars 2011

L'UMP SUSPEND UNE CANDIDATE APRES DES PROPOS INDIGNES SUR FACEBOOK

16 mars 2011

SOS RACISME DEMANDE LA MISE EN PLACE D’UNE BARRIERE SANITAIRE CONTRE LE RACISME AU SEIN DE L’UMP

COMMUNIQUE DE PRESSE DE SOS RACISME

SOS Racisme prend acte de la décision prise par la direction de l’UMP de suspendre de ses fonctions Mme Josiane PLATARET, suppléante aux élections cantonales dans le premier canton en Ardèche.

Cette suspension vient à point nommé alors que nous doutions de l’engagement républicain de Jean François COPE qui avait invité et applaudit les propos d’Eric Zemmour, en demandant également aux députés de supprimer les lois condamnant les propos racistes.

Ce parti se revendique encore des valeurs républicaines, il ne pouvait soutenir ce type de propos stigmatisant et racistes.

Nous invitons maintenant la direction de l’UMP à faire preuve du même discernement à l’égard de ses membres, comme Chantal Brunel ou encore Geoffroy Didier, candidat dans le Val d’Oise, qui fustigent les immigrés et les musulmans.

Le comportement de ces élus reflète le climat nauséabond qui règne au sein de ce parti politique. Il devient urgent pour l’UMP de mettre en place une barrière sanitaire contre le racisme au sein de son parti.

MAXIME CHAUSSAT, CANDIDAT FRONT NATIONAL AUX CANTONALES DE SAINT LAURENT DE CHAMOUSSET JUGE POUR PROVOCATION A LA HAINE RACIALE

MONTS DU LYONNAIS : LE CANDIDAT FN EN CAUSE DANS UNE AFFAIRE DE TAGS RACISTES

monts-du-lyonnais-le-candidat-fn-en-cause-dans-une-affaire-de-tags-racistes.jpg

QUATRE HOMMES SERONT JUGES LE 22 MAI POUR PROVOCATION A LA HAINE RACIALE. PARMI EUX, MAXIME CHAUSSAT, CANDIDAT FRONT NATIONAL AUX CANTONALES DE SAINT-LAURENT-DE-CHAMOUSSET

A Saint-Laurent-de-Chamousset, le célèbre bâtiment du marché aux veaux porte toujours les stigmates du délit. Des insultes racistes taguées en orange : « Islam dehors » et autres propos du même genre affublés d’une croix celtique que les mouvements d’extrême-droite se sont appropriés. Inscriptions à la main et au pochoir que les auteurs ont reproduits en d’autres lieux. Résultat, à Sainte-Foy-L’Argentière, c’est le restaurant kebab qui en a fait les frais. Le gérant les a depuis effacés de sa devanture.

Les tags ont été découverts le 26 février dernier. Depuis, plainte a été déposée. Quatre hommes ont été identifiés et mis en cause. Parmi eux, Maxime Chaussat, 24 ans, candidat Front national aux élections cantonales de Saint-Laurent-de-Chamousset dont le premier tour se déroule dimanche prochain. Cadre dans une entreprise, c’est la première fois qu’il se présente à une élection. Son engagement au Front national date de 2006.

Contacté, l’homme se défend de toute implication directe. D’ailleurs, il est le seul à ne pas avoir reconnu les faits au moment de l’audition. Reste que tous les quatre font l’objet d’une convocation par officier de police judiciaire devant le tribunal correctionnel de Lyon en mai pour provocation à la haine raciale en raison de la religion et dégradation en réunion sur des bâtiments publics. « Je suis présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, affirme Maxime Chaussat. J’étais sur place au moment des faits mais je n’ai rien fait. Je ne suis pas responsable de ce qui a été fait et je le prouverai. Pour moi, c’est une affaire nulle et non avenue. C’est un malentendu terrible, la justice n’aura pas de mal à le prouver. »

Le fait est que le candidat FN était en train de distribuer des tracts pour sa campagne au moment où les hommes qui l’accompagnaient taguaient les murs. C’était le vendredi 25 février.

Et lorsqu’on lui demande s’il n’a pas essayé de les arrêter, il répond : « Sans commentaire. Je m’expliquerai au procès. Je suis un citoyen et un candidat honnête. »

Pour les restaurants kebab des Monts du Lyonnais, ce n’est pas une première. A Sainte-Foy-l’Argentière, comme à Saint-Symphorien-sur-Coise, déjà en 2009, ce type de tags racistes avait sali leurs murs. C’était déjà en période de campagne électorale, pour les Européennes cette fois.

Source : Emilie Charrel pour le Progrès

L'UMP SUSPEND PLATARET APRES SES PROPOS INDIGNES SUR FACEBOOK

"La direction de l'UMP se désolidarise totalement des propos indignes tenus de manière répétée par Josaine Plataret sur sa page Facebook, annonce le parti dans un communiqué. Face à ces propos inacceptables, la direction de l'UMP a décidé de suspendre Madame lataret de l'UMP". SOS Racisme avait réclamé mercredi la radiation de l'UMP d'une candidate aux élections cantonales dans l'Ardèche, Josaine Plataret, pour une série de propos et blagues racistes tenus sur son compte Facebook. "Certains de nos militants sont tombés sur le +mur+ de cette dame", en accès libre puisque son compte Facebook n'était pas protégé, "et nous ont alertés de propos visant les musulmans, les arabes ou les homosexuels", a expliqué à l'AFP le coordinateur régional de l'association, Ouajdi Feki. La trentaine de captures d'écran compilées par SOS Racisme montre plusieurs blagues racistes, un commentaire approbateur sur une blague du même acabit postée par une autre utilisatrice, et une série de prises de position virulentes sur l'islam.

Source : TF1.fr

19:04 Publié dans *RACISME ET ANTISÉMITISME | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plataret, ump |  Facebook |

TRIBUNE : LES PARTIS REPUBLICAINS SONT-ILS CAPABLES DE PROJETER LES FRANCAIS DANS L'AVENIR?

1255154.jpgTRIBUNE PARUE DANS LA RUBRIQUE "POINT DE VUE" DU MONDE - PAR DOMINIQUE SOPO, PRESIDENT DE SOS RACISME

Marine Le Pen en tête au premier tour des futures élections présidentielles. Ce qui était vu comme un cauchemar mais surtout comme une plaisanterie il y a encore quelques semaines prend corps pour la première fois dans une récente série de sondages. Certes, un sondage n'est pas une vote et, à chaque élection présidentielle, un candidat déclaré crée la "surprise" avant de refluer et de finir largement distancé par les qualifiés au second tour. Mais tout de même : près d'un quart des Français prétendent vouloir voter pour Marine Le Pen en 2012.

Lire la suite

RACISME EN ARDECHE : UNE CANDIDATE UMP DERAPE

COMMUNIQUE DE PRESSE DE SOS RACISME
plataret13.jpg
Impression écran du profil facebook de Josaine Plataret

SOS Racisme Rhône-Alpes tient à condamner avec la plus grande fermeté les propos de Mme Josiane PLATARET, suppléante du candidat UMP dans la première circonscription aux élections cantonales dans l’Ardèche.

Cette dernière tient à plusieurs reprises, des propos inacceptables sur Facebook, sur son mur public : Tour à tour sont visés les musulmans, les arabes, les homosexuels, les fonctionnaires….

Avec  un humour assez singulier, Mme PLATARET manifeste de façon incessante et antipathique des propos stigmatisants extrêmement dangereux. Elle en a par ailleurs conscience puisqu’elle commente un de ces statuts en disant « Je vais finir comme Eric ZEMMOUR ».

 

  • Voici par exemple une blague qu’elle a publiée le 23 Janvier 2011 à 17h32 : « Pourquoi les femmes arabes marchent de travers ? Parce qu’elles sont voilées »
  • Cette fois ci le 15 Janvier à 19h41 ce sont les arabes qui en prennent pour leur grade : « comment appelle t’on un arabe dans une bassine d’eau bouillante ? Un gris bouilli ».

SOS Racisme, depuis 25 ans, s’efforce de rappeler par le biais d’actions de prévention le cadre républicain. Nous ne pouvons accepter une libération de la parole raciste, surtout de la part d’une responsable politique.

Dans une période de poussée du Front National, de repli communautaire, nous voyons, avec les propos de cette candidate, la dérive xénophobe d’une aile de l’UMP.

Nous invitons les électeurs ardéchois de la première circonscription, sensibles aux principes républicains que sont la tolérance, l’universalisme et l’humanisme à se poser les bonnes questions dans l’isoloir  lors des cantonales ardéchoises des 20 et 27 Mars prochain.

Plus d'infos sur le Facebook de SOS Racisme Rhône Alpes : http://www.facebook.com/#!/profile.php?id=100001743345559...

 

D'autres impressions écran :

plataret12.jpg
plataret11.jpg
plataret10.jpg
plataret9.jpg
plataret8.jpg
plataret6.jpg
plataret3.jpg
plataret15.jpg
plataret26.jpg

09 mars 2011

TRIBUNE : ZEMMOUR LES LECONS D'UN PROCES

caricature-eric-zemmour-L-4jerP6.jpeg

Ce procès aura eu pour mérite de constater qu'en France, personne ne bénéficie d'une immunité en matière de racisme. Par Michaël GHNASSIA, avocat de l'association SOS Racisme.

 

En l’absence d’appel, les condamnations d’Eric Zemmour du chef de provocation à la discrimination raciale envers les populations noires et arabes, pour ses propos tenus tant sur Canal + que sur France O en mars 2010, sont définitives.

Un journaliste qui "décrit la réalité" voilà comment s’est présenté Eric Zemmour tout au long de son procès, ajoutant que ses propos "sont brutaux mais la réalité est brutale".

C’est cette défense qui a valu au chroniqueur de recevoir de nombreux soutiens de l’extrême droite jusqu’à la gauche républicano-populiste. Mais cette argumentation n’a pas convaincu les juges de Paris, spécialisés en matière de presse. Et pour cause. Il ne s’agissait que d’une posture destinée à masquer l’expression du racisme.

Les juges ont d’ailleurs parfaitement rappelé qu’il n’est nullement interdit de débattre librement sur des faits de société, surtout lorsqu’ils relèvent d’un intérêt légitime du public. Mais ils ont ajouté que cette liberté, comme toutes les autres, avait des limites. Ils ont donc décidé qu’Eric Zemmour avait franchi ces limites sans qu’il puisse invoquer la liberté de se tromper. Il le pouvait d’autant moins que, comme l’a relevé le tribunal, il est un "professionnel des médias et de l’expression, tant écrite qu’orale, qui est rompu à ce genre d’exercice et qui revendique la maîtrise des mots et de leur portée".

Mais voilà que des députés UMP viennent aussitôt dénoncer "la dérive judiciaire contre la liberté d'expression". Et ils invitent leur nouvel Hérault à l’Assemblée nationale qui, reprenant une marotte du Front national, exige l’abrogation des lois mémorielles et des lois réprimant l’incitation à la haine et à la discrimination raciale.

Cette remise en cause de la législation anti-raciste ne peut que nous surprendre et nous consterner. Ces députés auraient-ils acclamé Faurisson ou Dieudonné faisant la même requête ?

Ils ont manifestement oublié que ces lois ne sont pas la conséquence d’un "miasme égalitariste et communautariste" mais le résultat des dérives totalitaires du XXème siècle au cours duquel la propagande raciste a été le terreau des crimes racistes. En France, avec l’abrogation du décret-loi Marchandeau par le gouvernement de Vichy ou au Rwanda, lorsque la radio "Mille collines" permis la préparation et la mise en œuvre du génocide Tutsi.

Il est dommage qu’à l’occasion de ce procès, certains l’aient oublié.

Ce procès aura au moins eu pour mérite de constater qu’il n’existe pas en France d’endroits ou de personnes qui peuvent bénéficier d’une immunité en matière de racisme.

Il aura également rappelé que la lutte contre les discriminations, dont il est si difficile d’administrer la preuve, commence par la répression des propos tendant à banaliser, justifier ou légitimer ces pratiques illégales.

Il aura enfin dévoilé que notre socle républicain, basé sur une société pluraliste, tolérante et démocratique est menacé par les tenants d’un nouvel ordre qui espèrent la remise en cause des principes d’égalité et de vivre ensemble.

Cela ne peut que renforcer notre vigilance.

Michaël Ghnassia, avocat au barreau de Paris

Avocat de l’association SOS Racisme lors du procès Zemmour

02 mars 2011

DIOR SE SEPARE DE JOHN GALLIANO

annonce via un communiqué de presse qu'il vient d'engager une procédure de licencement à l'encontre de son directeur artistique rapporte l'AFP.

Ce dernier, qui a été arrêté jeudi 24 février pour "insultes antisémites" à la terrasse du café "La Perle", dans le quartier du Marais à Paris a été suspendu de ses fonctions de directeur artistique vendredi 25 février 2011.

L'AFP fait état de la décison de la maison de couture de se séparer de John Galliano, compte tenu du "caractère "particulièrement odieux" du comportement et des propos tenus".

Aucun commentaire n'a été apporté quant au prochain défilé Christian Dior prévu ce vendredi 4 mars.

Source : Le Parisien

12:34 Publié dans *RACISME ET ANTISÉMITISME | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : separe, licenciement, galliano, racisme, antisémitisme |  Facebook |

JOHN GALLIANO : UNE OBSESSION ANTISEMITE?

Suite à la vidéo amateur montrant John Galliano tenant, le 12 décembre dernier, un discours pro-hitlérien et antisémite, les plaintes déposées ces dernières heures à l’encontre de ce créateur prennent une consistance toute particulière.

Déjà épinglé pour des propos d’une extrême gravité, Monsieur Galliano semble avoir ajouté à l’ignominie de ses paroles la lâcheté d’un déni, aujourd’hui de plus en plus fragilisé.

SOS Racisme se tiendra aux côtés du Parquet et des victimes des propos incriminés afin d’appuyer les procédures judiciaires en cours.

22 février 2011

LES DEMANDES DE DEPART D'ERIC ZEMMOUR DE FRANCE TELEVISIONS SE MULTIPLIENT

LA CGT FRANCE TELEVISIONS DEMANDE LE DEPART D'ERIC ZEMMOUR

"Quelqu'un qui est condamné pour racisme n'a pas sa place sur les antennes de France Télévisions", a déclaré lundi 21 février Jean-François Téaldi, secrétaire général du SNJ-CGT de France Télévisions. Le polémiste Eric Zemmour "n'a pas sa place sur les antennes de France Télévisions", estiment en effet les journalistes et techniciens CGT du groupe public qui demandent au président Rémy Pflimlin "de tirer toutes les conclusions" de la condamnation du journaliste pour provocation à la haine raciale.

Eric Zemmour a été condamné vendredi à 2 000 euros d'amende avec sursis pour provocation à la haine raciale par le tribunal correctionnel de Paris. Il avait été cité en justice par SOS Racisme, la Licra, le MRAP, l'UEJF et J'accuse, pour des propos tenus le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Mettant en avant "le crédit qui peut être accordé aux paroles" du prévenu, "un homme de médias, un polémiste reconnu, un trublion parfois", le procureur de la République avait requis à l'audience du 14 janvier une condamnation "de principe". Eric Zemmour, de son côté, s'était défendu avec vigueur, assurant ne pas être un "provocateur", mais un observateur fidèle de la réalité qui refuse le "politiquement correct".

"IMPUNITÉ"

"Si nous ne voulons pas qu'un racisme affiché ou même rampant continue à pouvoir s'exprimer à France Télévisions, il faut faire cesser l'impunité audiovisuelle qui semble s'être installée dans cette maison", jugent les techniciens et journalistes de la CGT dans un communiqué. Pour eux, "cette décision de justice qui ne peut rester sans suite".

Eric Zemmour est notamment chroniqueur dans l'émission "On n'est pas couché" sur France 2.

Source : Lemonde.fr

19 février 2011

CONDAMNATION DE ZEMMOUR : DOMINIQUE SOPO TRÈS SATISFAIT


Procès Zemmour : Sopo "satisfait"

Invité d'Europe 1 vendredi soir, Dominique Sopo, président de SOS Racisme, s'est dit "satisfait" de la condamnation d'Eric Zemmour à 2.000 euros d'amende avec sursis pour incitation à la haine raciale. "On est totalement satisfait, puisque les deux phrases qui ont été attaquées au tribunal ont fait l'objet d'une condamnation", a-t-il estimé.

"Ce qui est important, c'est qu'il y ait une reconnaissance que ces propos étaient bien une incitation à la haine raciale (...) C'est le peuple qui dit cette sentence", a-t-il ajouté.

Réagissant aux propos de ceux qui disent Eric Zemmour "courageux" de proclamer "des vérités", Dominique Sopo a lancé : "passer son temps à taper sur les noirs, sur les femmes, sur les homosexuels, en disant que c'est du courage, je n'ai pas remarqué que ces catégories de population ont le pouvoir dans ce pays (...) Ce qui est malsain, c'est que des personnes qui ont un accès très large aux médias puissent repeindre la lâcheté, la petitesse, en courage".

Source : Europe 1

AFFAIRE ZEMMOUR : QUAND UN MEMBRE DU GOUVERNEMENT CRITIQUE UNE DÉCISION DE JUSTICE

SOS Racisme tient à exprimer sa consternation suite aux déclarations de Thierry Mariani, secrétaire d’Etat aux transports, à propos de la double condamnation prononcée ce jour par le TGI de Paris à l’encontre d’Eric Zemmour.

Au-delà du fait que Monsieur Mariani se pose une fois de plus en soutien d’une personne reconnue par un tribunal de la République coupable de provocation à la discrimination raciale, il est pour le moins malvenu qu’un membre du Gouvernement se lance dans une critique d’une décision de justice. Si Monsieur Mariani souhaite faire profession d’avocat, c’est son droit. Mais il ne semble pas qu’il ait été appelé au Gouvernement pour exercer cette activité.

SOS Racisme demande au Garde des Sceaux ainsi qu’au Premier ministre de veiller à ce que les membres du Gouvernement cessent de remettre en cause des décisions de justice. Au nom bien évidemment du principe de séparation des pouvoirs. Mais également parce que, face à la haine et à la discrimination, des représentants de la République se doivent de défendre les valeurs de la République et non de contribuer à les miner.

 

CONDAMNATION DE ZEMMOUR : LA GAUCHE RÉAGIT (ENFIN) !

 

HAINE RACIALE : LE PCF SE FELICITE DE LA CONDAMNATION DU MULTI-RECIDIVISTE ERIC ZEMMOUR

Eric Zemmour vient d'être condamné pour provocation à la haine raciale.

La lutte contre le racisme et la xénophobie est un combat de tous les jours et nous le menons avec conviction. Le fait que des journalistes ou des hommes politiques fassent de ces propos nauséabonds un fond de commerce, est scandaleux.

Les chroniques répugnantes du multi-récidiviste Eric Zemmour sur l'immigration ou encore sur droit à l'IVG et les violences faites au femmes sont ignobles.

Le PCF se réjouit que de tels propos soient condamnés par la justice. Nous avons le devoir de continuer à nous lever pour les condamner avec la plus grande fermeté.

Source : pcf.fr

DEUX DIRIDEANTS DU PS ONT APPELE VENDREDI SOIR A CE QUE ERIC ZEMMOUR SOIT SANCTIONNE PAR LES MEDIAS AUDIOVISUELS OU IL OFFICIE

Deux dirigeants du PS ont appelé vendredi soir à ce qu'Eric Zemmour soit sanctionné par les médias audiovisuels où il officie comme chroniqueur après sa condamnation pour provocation à la haine raciale par le tribunal correctionnel de Paris.

"Nous refusons l'impunité dont jouissent certaines personnalités qui incitent aux discriminations raciales", écrivent dans un communiqué Pascale Boistard, secrétaire nationale du PS à l'Organisation, et Mehdi ouraoui, secrétaire national adjoint à la Coordination.

"L'impunité audiovisuelle d'Eric Zemmour ne doit pas s'ajouter à l'impunité gouvernementale de Brice Hortefeux. Les propos insupportables de ces personnalités banalisent le racisme au quotidien", ajoutent-ils, faisant allusion à un jugement ayant condamné le ministre de l'Intérieur pour injure raciale en juin 2010 et dont ce dernier a fait appel.

Citant France Télévision et RTL, deux des employeurs d'Eric Zemmour, Mme Boistard et M. ouraoui estiment que les médias doivent tirer "toutes les conclusions de cette décision de justice qui ne peut rester sans suite".

Source : blog

 

18 février 2011

BFM TV - ZEMMOUR CONDAMNE

ERIC ZEMMOUR CONDAMNE POUR PROVOCATION A LA DISCRIMINATION RACIALE

PARIS — Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi Eric Zemmour à 2.000 euros d'amende avec sursis pour provocation à la haine raciale pour ses propos controversés sur "les Noirs et les Arabes".

Eric Zemmour avait été cité en justice par SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l'UEJF et J'accuse, pour des propos tenus le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Dans l'émission de Thierry Ardisson "Salut les terriens", diffusée sur la chaîne cryptée, Eric Zemmour s'était indigné après une intervention sur les contrôles au faciès: "Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois? Pourquoi? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait".

Le même jour, sur France Ô, il avait estimé, en réponse à une question qui lui était posée, que les employeurs "ont le droit" de refuser des Arabes ou des Noirs.

Dans un premier jugement, la 17e chambre du tribunal a statué sur les poursuites engagées par SOS Racisme, la Licra et le Mrap, qui poursuivaient les propos sur les trafiquants en diffamation à caractère racial et ceux sur les employeurs pour provocation à la discrimination raciale.

Le tribunal a relaxé Eric Zemmour du délit de diffamation pour les propos sur les trafiquants. Ces propos sont peut-être "choquants", écrit le tribunal, mais ils ne sont pas "diffamatoires". En revanche, il a condamné l'homme de médias à 1.000 euros d'amende avec sursis pour avoir, sur France Ô, "justifié une pratique discriminatoire illégale --la discrimination à l'embauche-- en la présentant comme licite".

Par ailleurs, le chroniqueur devra verser 1.000 euros de dommages et intérêts à chacune des trois associations, plus 2.000 euros de frais de justice, soit un total de 9.000 euros.

Le tribunal a rendu un second jugement, à la suite des poursuites engagées par les associations UEJF et J'accuse. Ces deux associations poursuivaient uniquement les propos diffusés sur Canal+ concernant les trafiquants, mais tant en diffamation qu'en provocation à la discrimination raciale.

Dans ce dossier, la 17e chambre n'a retenu que le délit de provocation à la discrimination raciale et a condamné Eric Zemmour à 1.000 euros d'amende avec sursis. Il devra également verser 1 euro à chacune des parties civiles, plus 750 euros de frais de justice, soit un total de 1.502 euros.

Les deux jugements devront enfin faire l'objet d'une publication dans la presse.

En substance, le tribunal a jugé qu'Eric Zemmour avait "dépassé les limites autorisées de la liberté d'expression".

Mettant en avant "le crédit qui peut être accordé aux paroles" du prévenu, "un homme de médias, un polémiste reconnu, un trublion parfois", le procureur de la République Anne de Fontette avait requis à l'audience du 14 janvier une condamnation "de principe".

Eric Zemmour de son côté s'était défendu avec vigueur, assurant ne pas être un "provocateur", mais un observateur fidèle de la réalité qui refuse le "politiquement correct".


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu