Avertir le modérateur

09 mars 2011

TRIBUNE : ZEMMOUR LES LECONS D'UN PROCES

caricature-eric-zemmour-L-4jerP6.jpeg

Ce procès aura eu pour mérite de constater qu'en France, personne ne bénéficie d'une immunité en matière de racisme. Par Michaël GHNASSIA, avocat de l'association SOS Racisme.

 

En l’absence d’appel, les condamnations d’Eric Zemmour du chef de provocation à la discrimination raciale envers les populations noires et arabes, pour ses propos tenus tant sur Canal + que sur France O en mars 2010, sont définitives.

Un journaliste qui "décrit la réalité" voilà comment s’est présenté Eric Zemmour tout au long de son procès, ajoutant que ses propos "sont brutaux mais la réalité est brutale".

C’est cette défense qui a valu au chroniqueur de recevoir de nombreux soutiens de l’extrême droite jusqu’à la gauche républicano-populiste. Mais cette argumentation n’a pas convaincu les juges de Paris, spécialisés en matière de presse. Et pour cause. Il ne s’agissait que d’une posture destinée à masquer l’expression du racisme.

Les juges ont d’ailleurs parfaitement rappelé qu’il n’est nullement interdit de débattre librement sur des faits de société, surtout lorsqu’ils relèvent d’un intérêt légitime du public. Mais ils ont ajouté que cette liberté, comme toutes les autres, avait des limites. Ils ont donc décidé qu’Eric Zemmour avait franchi ces limites sans qu’il puisse invoquer la liberté de se tromper. Il le pouvait d’autant moins que, comme l’a relevé le tribunal, il est un "professionnel des médias et de l’expression, tant écrite qu’orale, qui est rompu à ce genre d’exercice et qui revendique la maîtrise des mots et de leur portée".

Mais voilà que des députés UMP viennent aussitôt dénoncer "la dérive judiciaire contre la liberté d'expression". Et ils invitent leur nouvel Hérault à l’Assemblée nationale qui, reprenant une marotte du Front national, exige l’abrogation des lois mémorielles et des lois réprimant l’incitation à la haine et à la discrimination raciale.

Cette remise en cause de la législation anti-raciste ne peut que nous surprendre et nous consterner. Ces députés auraient-ils acclamé Faurisson ou Dieudonné faisant la même requête ?

Ils ont manifestement oublié que ces lois ne sont pas la conséquence d’un "miasme égalitariste et communautariste" mais le résultat des dérives totalitaires du XXème siècle au cours duquel la propagande raciste a été le terreau des crimes racistes. En France, avec l’abrogation du décret-loi Marchandeau par le gouvernement de Vichy ou au Rwanda, lorsque la radio "Mille collines" permis la préparation et la mise en œuvre du génocide Tutsi.

Il est dommage qu’à l’occasion de ce procès, certains l’aient oublié.

Ce procès aura au moins eu pour mérite de constater qu’il n’existe pas en France d’endroits ou de personnes qui peuvent bénéficier d’une immunité en matière de racisme.

Il aura également rappelé que la lutte contre les discriminations, dont il est si difficile d’administrer la preuve, commence par la répression des propos tendant à banaliser, justifier ou légitimer ces pratiques illégales.

Il aura enfin dévoilé que notre socle républicain, basé sur une société pluraliste, tolérante et démocratique est menacé par les tenants d’un nouvel ordre qui espèrent la remise en cause des principes d’égalité et de vivre ensemble.

Cela ne peut que renforcer notre vigilance.

Michaël Ghnassia, avocat au barreau de Paris

Avocat de l’association SOS Racisme lors du procès Zemmour

02 mars 2011

ERIC ZEMMOUR, CONDAMNE ET NOUVEAU HEROS DE L'UMP

A l'issue de sa condamnation définitive pour « provocation à la discrimination raciale », comme une récompense ou une distinction, l'UMP fait ce mercredi d'Eric Zemmour son invité d'honneur, lors d'un débat organisé par son secrétaire général adjoint Hervé Novelli, qui qualifie d'ailleurs Eric Zemmour de « cher ami » de sa formation politique.

Nous avons demandé aux employeurs d'Eric Zemmour de tirer les conclusions de sa condamnation pour incitation à la discrimination raciale, comme l'a d'ailleurs exigé le syndicat SNJ-CGT de France Télévisions. Nous considérons que le poison du racisme, de l'antisémitisme et la xénophobie, déjà si puissant en période de crise, ne doit pas être propagé par les médias, a fortiori sur le service public qui a un devoir d'exemplarité.

A l'inverse, par cette invitation, l'UMP apporte un soutien officiel à Eric Zemmour au lendemain de son procès. C'est une caution inacceptable de l'UMP à des propos condamnés par la justice, dont la décision est totalement méprisée comme dans l'affaire Hortefeux, débarqué du gouvernement seulement par crainte d'une confirmation en appel de sa condamnation pour « injure raciale ».

Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit

L'invitation d'Eric Zemmour par l'UMP est une très lourde faute, pas seulement contre les millions de Français victimes de discriminations, mais contre la République.

C'est toujours à regret qu'en démocratie, on sanctionne un éditorialiste, mais la République a des règles et, en l'espèce, le tribunal a jugé qu'Eric Zemmour avait franchi la limite de la liberté d'expression pour être dans l'incitation à la discrimination raciale. Dans notre République, le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit.

Au lieu de considérer Eric Zemmour en délinquant condamné, l'UMP l'érige en modèle, voire en martyr ou en héros. C'est indigne d'une formation politique républicaine.

Une surenchère avec le Front National

C'est une provocation médiatique dérisoire, mais c'est aussi une offensive idéologique inquiétante. Car la droite s'inscrit, une nouvelle fois, dans une surenchère idéologique et électoraliste avec le Front national.

Il s'agit de concurrencer Marine Le Pen sur un thème-clé du Front national : la lutte contre le « politiquement correct » et les « lois-baillons » qui brideraient la liberté d'expression. Comprendre : la liberté de tenir des propos discriminatoires.

Avec ce débat sur « la liberté d'expression et le trop-plein de normes », le parti de Jean-François Copé a-t-il l'intention de remettre en cause la législation contre les discriminations, comme le racisme, l'antisémitisme, l'homophobie ? Après ses attaques contre la Halde, l'UMP veut elle légaliser les propos et actes discriminatoires ?

"Réviser les lois dites mémorielles" ?

Que veut dire Hervé Novelli lorsqu'il annonce que « notre ami Eric Zemmour proposera de revisiter un certain nombre de lois dites mémorielles » ? L'UMP veut-elle abolir la loi Gayssot et offrir pignon sur rue aux révisionnistes et négationnistes de la Shoah ? L'UMP remet elle en cause la reconnaissance du génocide arménien, ou des crimes de l'esclavage de la loi Taubira ?

Des voix diverses se sont élevées, dont celles de SOS Racisme ou d'Arno Klarsfeld ancien conseiller du Premier ministre François Fillon, pour rappeler à l'ordre l'UMP. Jean-François Copé doit s'expliquer.

Nous mettons en garde l'UMP contre les graves atteintes qu'elle porte au pacte républicain, par ce type de provocations, et plus généralement par le débat sur l'identité nationale et le multiculturalisme, qui est un terrain de dérapages permanents. La droite doit cesser de diviser les Français.

Par Mehdi Ouraoui et Pascale Boistard | Sécrétaires nationaux du PS

Source : Rue 89

22 février 2011

LES DEMANDES DE DEPART D'ERIC ZEMMOUR DE FRANCE TELEVISIONS SE MULTIPLIENT

LA CGT FRANCE TELEVISIONS DEMANDE LE DEPART D'ERIC ZEMMOUR

"Quelqu'un qui est condamné pour racisme n'a pas sa place sur les antennes de France Télévisions", a déclaré lundi 21 février Jean-François Téaldi, secrétaire général du SNJ-CGT de France Télévisions. Le polémiste Eric Zemmour "n'a pas sa place sur les antennes de France Télévisions", estiment en effet les journalistes et techniciens CGT du groupe public qui demandent au président Rémy Pflimlin "de tirer toutes les conclusions" de la condamnation du journaliste pour provocation à la haine raciale.

Eric Zemmour a été condamné vendredi à 2 000 euros d'amende avec sursis pour provocation à la haine raciale par le tribunal correctionnel de Paris. Il avait été cité en justice par SOS Racisme, la Licra, le MRAP, l'UEJF et J'accuse, pour des propos tenus le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Mettant en avant "le crédit qui peut être accordé aux paroles" du prévenu, "un homme de médias, un polémiste reconnu, un trublion parfois", le procureur de la République avait requis à l'audience du 14 janvier une condamnation "de principe". Eric Zemmour, de son côté, s'était défendu avec vigueur, assurant ne pas être un "provocateur", mais un observateur fidèle de la réalité qui refuse le "politiquement correct".

"IMPUNITÉ"

"Si nous ne voulons pas qu'un racisme affiché ou même rampant continue à pouvoir s'exprimer à France Télévisions, il faut faire cesser l'impunité audiovisuelle qui semble s'être installée dans cette maison", jugent les techniciens et journalistes de la CGT dans un communiqué. Pour eux, "cette décision de justice qui ne peut rester sans suite".

Eric Zemmour est notamment chroniqueur dans l'émission "On n'est pas couché" sur France 2.

Source : Lemonde.fr

19 février 2011

CONDAMNATION DE ZEMMOUR : DOMINIQUE SOPO TRÈS SATISFAIT


Procès Zemmour : Sopo "satisfait"

Invité d'Europe 1 vendredi soir, Dominique Sopo, président de SOS Racisme, s'est dit "satisfait" de la condamnation d'Eric Zemmour à 2.000 euros d'amende avec sursis pour incitation à la haine raciale. "On est totalement satisfait, puisque les deux phrases qui ont été attaquées au tribunal ont fait l'objet d'une condamnation", a-t-il estimé.

"Ce qui est important, c'est qu'il y ait une reconnaissance que ces propos étaient bien une incitation à la haine raciale (...) C'est le peuple qui dit cette sentence", a-t-il ajouté.

Réagissant aux propos de ceux qui disent Eric Zemmour "courageux" de proclamer "des vérités", Dominique Sopo a lancé : "passer son temps à taper sur les noirs, sur les femmes, sur les homosexuels, en disant que c'est du courage, je n'ai pas remarqué que ces catégories de population ont le pouvoir dans ce pays (...) Ce qui est malsain, c'est que des personnes qui ont un accès très large aux médias puissent repeindre la lâcheté, la petitesse, en courage".

Source : Europe 1

AFFAIRE ZEMMOUR : QUAND UN MEMBRE DU GOUVERNEMENT CRITIQUE UNE DÉCISION DE JUSTICE

SOS Racisme tient à exprimer sa consternation suite aux déclarations de Thierry Mariani, secrétaire d’Etat aux transports, à propos de la double condamnation prononcée ce jour par le TGI de Paris à l’encontre d’Eric Zemmour.

Au-delà du fait que Monsieur Mariani se pose une fois de plus en soutien d’une personne reconnue par un tribunal de la République coupable de provocation à la discrimination raciale, il est pour le moins malvenu qu’un membre du Gouvernement se lance dans une critique d’une décision de justice. Si Monsieur Mariani souhaite faire profession d’avocat, c’est son droit. Mais il ne semble pas qu’il ait été appelé au Gouvernement pour exercer cette activité.

SOS Racisme demande au Garde des Sceaux ainsi qu’au Premier ministre de veiller à ce que les membres du Gouvernement cessent de remettre en cause des décisions de justice. Au nom bien évidemment du principe de séparation des pouvoirs. Mais également parce que, face à la haine et à la discrimination, des représentants de la République se doivent de défendre les valeurs de la République et non de contribuer à les miner.

 

CONDAMNATION DE ZEMMOUR : LA GAUCHE RÉAGIT (ENFIN) !

 

HAINE RACIALE : LE PCF SE FELICITE DE LA CONDAMNATION DU MULTI-RECIDIVISTE ERIC ZEMMOUR

Eric Zemmour vient d'être condamné pour provocation à la haine raciale.

La lutte contre le racisme et la xénophobie est un combat de tous les jours et nous le menons avec conviction. Le fait que des journalistes ou des hommes politiques fassent de ces propos nauséabonds un fond de commerce, est scandaleux.

Les chroniques répugnantes du multi-récidiviste Eric Zemmour sur l'immigration ou encore sur droit à l'IVG et les violences faites au femmes sont ignobles.

Le PCF se réjouit que de tels propos soient condamnés par la justice. Nous avons le devoir de continuer à nous lever pour les condamner avec la plus grande fermeté.

Source : pcf.fr

DEUX DIRIDEANTS DU PS ONT APPELE VENDREDI SOIR A CE QUE ERIC ZEMMOUR SOIT SANCTIONNE PAR LES MEDIAS AUDIOVISUELS OU IL OFFICIE

Deux dirigeants du PS ont appelé vendredi soir à ce qu'Eric Zemmour soit sanctionné par les médias audiovisuels où il officie comme chroniqueur après sa condamnation pour provocation à la haine raciale par le tribunal correctionnel de Paris.

"Nous refusons l'impunité dont jouissent certaines personnalités qui incitent aux discriminations raciales", écrivent dans un communiqué Pascale Boistard, secrétaire nationale du PS à l'Organisation, et Mehdi ouraoui, secrétaire national adjoint à la Coordination.

"L'impunité audiovisuelle d'Eric Zemmour ne doit pas s'ajouter à l'impunité gouvernementale de Brice Hortefeux. Les propos insupportables de ces personnalités banalisent le racisme au quotidien", ajoutent-ils, faisant allusion à un jugement ayant condamné le ministre de l'Intérieur pour injure raciale en juin 2010 et dont ce dernier a fait appel.

Citant France Télévision et RTL, deux des employeurs d'Eric Zemmour, Mme Boistard et M. ouraoui estiment que les médias doivent tirer "toutes les conclusions de cette décision de justice qui ne peut rester sans suite".

Source : blog

 

18 février 2011

BFM TV - ZEMMOUR CONDAMNE

ERIC ZEMMOUR CONDAMNE POUR PROVOCATION A LA DISCRIMINATION RACIALE

PARIS — Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi Eric Zemmour à 2.000 euros d'amende avec sursis pour provocation à la haine raciale pour ses propos controversés sur "les Noirs et les Arabes".

Eric Zemmour avait été cité en justice par SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l'UEJF et J'accuse, pour des propos tenus le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Dans l'émission de Thierry Ardisson "Salut les terriens", diffusée sur la chaîne cryptée, Eric Zemmour s'était indigné après une intervention sur les contrôles au faciès: "Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois? Pourquoi? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait".

Le même jour, sur France Ô, il avait estimé, en réponse à une question qui lui était posée, que les employeurs "ont le droit" de refuser des Arabes ou des Noirs.

Dans un premier jugement, la 17e chambre du tribunal a statué sur les poursuites engagées par SOS Racisme, la Licra et le Mrap, qui poursuivaient les propos sur les trafiquants en diffamation à caractère racial et ceux sur les employeurs pour provocation à la discrimination raciale.

Le tribunal a relaxé Eric Zemmour du délit de diffamation pour les propos sur les trafiquants. Ces propos sont peut-être "choquants", écrit le tribunal, mais ils ne sont pas "diffamatoires". En revanche, il a condamné l'homme de médias à 1.000 euros d'amende avec sursis pour avoir, sur France Ô, "justifié une pratique discriminatoire illégale --la discrimination à l'embauche-- en la présentant comme licite".

Par ailleurs, le chroniqueur devra verser 1.000 euros de dommages et intérêts à chacune des trois associations, plus 2.000 euros de frais de justice, soit un total de 9.000 euros.

Le tribunal a rendu un second jugement, à la suite des poursuites engagées par les associations UEJF et J'accuse. Ces deux associations poursuivaient uniquement les propos diffusés sur Canal+ concernant les trafiquants, mais tant en diffamation qu'en provocation à la discrimination raciale.

Dans ce dossier, la 17e chambre n'a retenu que le délit de provocation à la discrimination raciale et a condamné Eric Zemmour à 1.000 euros d'amende avec sursis. Il devra également verser 1 euro à chacune des parties civiles, plus 750 euros de frais de justice, soit un total de 1.502 euros.

Les deux jugements devront enfin faire l'objet d'une publication dans la presse.

En substance, le tribunal a jugé qu'Eric Zemmour avait "dépassé les limites autorisées de la liberté d'expression".

Mettant en avant "le crédit qui peut être accordé aux paroles" du prévenu, "un homme de médias, un polémiste reconnu, un trublion parfois", le procureur de la République Anne de Fontette avait requis à l'audience du 14 janvier une condamnation "de principe".

Eric Zemmour de son côté s'était défendu avec vigueur, assurant ne pas être un "provocateur", mais un observateur fidèle de la réalité qui refuse le "politiquement correct".


SOS RACISME : ZEMMOUR CONDAMNE POUR PROVOCATION A LA DISCRIMINATION

Le Tribunal Correctionnel de Paris vient de condamner Eric Zemmour à 2000€ d'amende avec sursis pour provocation à la discrimination raciale pour les propos qu’il a tenu sur Canal + et France Ô au mois de mars l’année dernière!

SOS Racisme a décidé de poursuivre Eric Zemmour pour ses propos criminalisant des populations en raison de leurs origines et pour avoir légitimé les pratiques discriminatoires. En effet Eric Zemmour assène en permanence des contres vérités, stigmatise les populations d’origine africaine et maghrébine en liant leurs origines ethniques à des comportements sociaux.

La condamnation d’Eric Zemmour est une victoire pour le vivre ensemble en France et vient rappeler qu’on ne peut pas inciter à la haine entre les peuples en toute impunité dans ce pays, quelque soit sa profession, et cela d’autant plus quand on est un personnage public.

Si la liberté d’expression est un des piliers de notre république et du combat pour les droits de l’Homme, elle n’est pas la liberté d’insulter les gens en toute impunité, ni celle d’inciter à des pratiques illicites contraire aux fondamentaux de notre République.

Cette condamnation vient confirmer le fait que la parole d’Eric Zemmour ne renvoie non pas, comme il aime à le faire croire, à une parole populaire qui consisterait à dire tout au haut ce que tout le monde pense tout bas, mais plutôt aux idées d’une élite bien pensante qui a beaucoup à perdre dans l’évolution d’une France ouverte, respectueuse des droit de l’Homme et qui donne toute sa place aux femmes et à la jeunesse. Eric Zemmour dit, en réalité, tout haut ce que les racistes pensent tout bas !

PROCES D'ERIC ZEMMOUR : DECISION AUJOURD'HUI DU TRIBUNAL CORRECTIONNEL

zemmour-hessel.jpg

PARIS — Le tribunal correctionnel de Paris dira vendredi si le chroniqueur Eric Zemmour s'est rendu coupable de diffamation et de provocation à la discrimination raciale en proférant à la télévision des propos controversés sur "les Noirs et les Arabes".

Eric Zemmour a été cité en justice par SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l'UEJF et J'accuse, pour des propos le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Dans l'émission de Thierry Ardisson "Salut les terriens", diffusée sur la chaîne cryptée, Eric Zemmour s'était indigné après une intervention sur les contrôles au faciès : "Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois? Pourquoi? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait".

Le même jour, sur France Ô, il avait estimé, en réponse à une question qui lui était posée, que les employeurs "ont le droit" de refuser des Arabes ou des Noirs.

Mettant en avant "le crédit qui peut être accordé aux paroles" du prévenu, "un homme de médias, un polémiste reconnu, un trublion parfois", le procureur de la République Anne de Fontette avait requis à l'audience du 14 janvier une condamnation "de principe".

Concernant la citation sur les trafiquants, elle avait regretté qu'Eric Zemmour ait repris le "vieux stéréotype qui assimile l'immigration à la délinquance". Quant à la seconde assertion, elle avait rappelé qu'en France, "la discrimination n'est pas un droit mais un délit".

Plus largement, elle s'était faite la porte-parole d'une "République qui doit unifier et pacifier, surtout dans la période troublée que la France traverse depuis plusieurs mois et au cours de laquelle des propos que l'on croyait définitivement tus reprennent de la vigueur".

Eric Zemmour de son côté s'était défendu avec vigueur, assurant ne pas être un "provocateur", mais un observateur fidèle de la réalité qui refuse le "politiquement correct".

17 février 2011

EN ATTENDANT LE DELIBERE DU PROCES DE SOS RACISME CONTRE ZEMMOUR : RETOUR SUR LES SOUTIENS DU CHRONIQUEUR CONTREVERSE

ERIC ZEMMOUR DIT TOUT HAUT CE QUE LES RACISTES PENSENT TOUT BAS!

Qui soutient Eric Zemmour? La droite extrême - L'extrême droite - L'extrême extrême droite - et Dieudonné!

 

Dieudonné bientôt parrain du fils de Zemmour ?

 

LE PEN SOUTIENT ERIC ZEMMOUR

 

L'EXTREME DROITE AU GRAND COMPLET

 

ET BIEN D'AUTRES CONNUS POUR LEURS ENGAGEMENTS ... :

Yvan RIOUFOL, journaliste très contesté : Vidéo

Dupont AIGNAN et Débout la République : Vidéo

Et 30 députés UMP principalement issus du groupe "Droite populaire" dont certains membres sont malheuresement bien connus pour leurs dérapages : Vannest, Raoult, ... .

EN ATTENDANT LE DELIBERE DU PROCES DE SOS RACISME CONTRE ZEMMOUR DE DEMAIN : LES PRINCIPALES IMAGES ET VIDEOS QUI ONT FAIT LE BUZZ

LE MEILLEURS EN VIDEO :


Powered by Dailymotion

 

LE MEILLEURS EN IMAGE

la france selon zemmour4.png
zemmour charlie.jpg

Source : Charli Hebdo

 

31 janvier 2011

ZEMMOUR A MATIGNON

zemmour charlie.jpg

Source : Charlie Hebdo

27 janvier 2011

DIEUDONNE BIENTÔT PARRAIN DU FILS DE ZEMMOUR?

Source : rue 89

21 janvier 2011

POURQUOI J'AI TEMOIGNE AU PROCES D'ERIC ZEMMOUR

11267.jpgSOS Racisme m'a demandé de témoigner au « procès Zemmour », qui s'est achevé vendredi devant la 17e chambre du tribunal de Paris. Le parquet a requis une condamnation pour « diffamation et incitation à la discrimination raciale ». Le verdict est attendu pour le 18 février.

13 novembre 2008 , dans l'émission « Paris-Berlin » (Arte), Eric Zemmour [1] affirme :« A la sacralisation des races de la période nazie a succédé la négation des races. ». Ce qui, ajoute-t-il, est « tout aussi ridicule ». Rokhaya Diallo [2], présente sur le plateau, lui demande comme il peut dire cela. « Ça se voit », répond-il. Il s'agirait donc de la couleur de peau ?

Par Francois Durpaire sur Rue 89

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu