Avertir le modérateur

15 mars 2011

L'AKGB EPIGLE PAR SOS RACISME


L'aKGB épinglé par SOS Racisme (Lyon) par telelyonmetropole

18:59 Publié dans *DISCRIMINATION | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boite de nuit, discothèque, sos racisme, egam, nuit, européenne, testing, akgb, lyon, tlm |  Facebook |

10 janvier 2011

TRIBUNE : AFFAIRE ZEMMOUR : DU MAUVAIS USAGE DE BAYES, L'UN DES FONDATEURS DES PROBABILITES

portrait_sebrieu_com.jpgPar Hugo HARARI-KERMADEC et Antoine PIETRI

Sur ce même site, Jean-Michel Claverie apporte un appui scientifique de poids à Eric Zemmour en faisant appel à Bayes, un des pères fondateurs des probabilités. A l'aide des probabilités conditionnelles de Bayes, on comprend enfin la différence entre "la plupart des trafiquants sont noirs et arabes", et "la plupart des Noirs et des Arabes sont des trafiquants". Si même Eric Zemmour n'ose pas soutenir la seconde affirmation, explicitement raciste, la première n'est pas sans soulever de problèmes.

Le premier problème est plutôt classique en statistique : d'où viennent les données ? En prétendant constater statistiquement que "la plupart des trafiquants sont noirs et arabes", Eric Zemmour sous-entend s'appuyer sur des données solides. Un rapport des renseignements généraux (à propos des prisons) a d'ailleurs été cité en appui à cette thèse. Si un doute persistait, le soutien de l'avocat général Bilger, fort de son expérience dans les tribunaux, devrait finir de convaincre tout le monde.

En réalité, toutes ces sources d'information sont biaisées : si la police s'intéresse d'avantage aux "Noirs et aux Arabes" qu'aux "Blancs", pas étonnant qu'ils se retrouvent plus nombreux dans le tribunal de Me Bilger et ensuite en prison. C'est ce que l'on appelle en statistique un biais de sélection. Avec le même genre de raisonnement, on pourrait dire, en reprenant Eric Zemmour, que "les videurs laissent plus facilement entrer les Blancs en boîte de nuit

Lire la suite

20 octobre 2010

NOUVELLE NUIT DU TESTING POUR SOS RACISME

Ouajdi Feki (en médaillon, au centre) s'est vu refuser l'entrée du 1810 avec la jeune femme qui l'accompagnait / Pierre Charmet

Publié le 18.10.2010 par le www.progres.fr

Des couples de couleur se sont présentés à l'entrée de trois établissements, à Saint-Etienne, La Talaudière et Saint-Cyprien. L'un a refusé l'entrée aux personnes d'origine maghrébine

On appelle ça un « testing » : prouver qu'il y a eu discrimination sur la base de critères raciaux. SOS racisme utilise ce procédé depuis de nombreuses années, pour dénoncer la sélection qui est parfois faite à l'entrée des discothèques. C'est ainsi que, dans la nuit de samedi à dimanche, l'antenne départementale de l'association a demandé à trois couples de se rendre dans trois établissements différents. Le premier couple étant d'origine maghrébine, le deuxième d'origine « subsaharienne », et le troisième de type européen. Tous bien habillés, cela va de soi. « On les envoie chacun leur tour à quelques minutes d'intervalle », explique Melinda Fadel, qui supervise le dispositif. « Et on enregistre les conversations avec un micro dissimulé, ce qui peut éventuellement servir de début de preuve en cas de refus. »

Il est 0 h 30 lorsque la première discothèque est testée. Il s'agit du Trianon à Saint-Etienne. Les deux couples de couleur se présentent comme prévu, l'un après l'autre. Ils parviennent à renter sans problème. Du coup, le couple « européen » se voit dispenser de tenter sa chance. Plutôt encourageant ? « Non, c'est normal », estime Norbert Nitcheu, président départemental de SOS racisme. Un militant souligne toutefois « que c'est un peu tôt, et qu'il n'y a peut-être pas grand monde. Du coup, on les laisse entrer plus facilement ».

Deuxième test au 1810, à La Talaudière. Sauf que c'est l'anniversaire de l'établissement et que la file d'attente est impressionnante. « On va perdre du temps, on fait quoi ? » demande un couple. « Faisons d'abord l'autre, on reviendra après » dit Melinda.

Direction le Méli-Mélo, donc, à Saint-Cyprien. Les établissements de la plaine du Forez ont la mauvaise réputation de refuser les gens de couleur. Mais surprise : là encore, les couples maghrébin et noir entrent sans problème. L'opération va-t-elle faire chou blanc ? « Non, le but n'est pas de piéger », assure Ouajdi Feki, le coordinateur régional. « C'est de dénoncer une réalité qui n'est pas acceptable ».

Et c'est finalement lui qui va en faire les frais. Car il compose le couple d'origine maghrébine avec une jeune femme et, lorsque tous deux retournent au 1810, le portier leur refuse l'entrée. Ouajdi a beau insister, celui-ci ne veut rien entendre. Par contre, il voit le couple noir dans la file d'attente, et le fait entrer sans problème.

Lorsque toute l'équipe revient pour expliquer sa démarche, le videur dit : « Je croyais que vous vouliez entrer avec les trois autres jeunes gens derrière vous ». Manière de signifier qu'il refusait un groupe trop important. Le gérant, lui, affirme que son établissement était déjà complet. « Sinon, je suis hors sécurité » plaide-t-il. Sauf que d'autres personnes sont entrées juste après le couple… La tentative de dialogue tourne court, et les militants décideront finalement de déposer plainte.

Jean-Hugues Allard

« Ça confirme le racisme anti-beurs à l'entrée de certaines discothèques »

Un seul couple refusé sur les trois établissements, le bilan pourrait paraître positif. « Mais c'est encore un de trop » déclare Norbert Nitcheu. « Et encore une fois, c'est un couple d'origine maghrébine qui en fait les frais ». Ce qui n'est pas nouveau, selon lui : « Ce testing confirme les précédents : il y a un racisme anti-beurs à l'entrée de certaines discothèques. Les blacks n'ont quasiment jamais de problèmes, mais les personnes d'origine maghrébine sont clairement victimes de discrimination ».

Il en est une que l'expérience a marquée : la jeune femme qui composait le couple beur : « C'est la première fois que j'allais en boîte. Franchement, c'est humiliant. On se demande ce qu'on a fait pour mériter ça ».

J.-H. A.

23 juin 2010

AUTRICHE : PREMIERE CONDAMNATION D'UNE DISCOTHEQUE POUR DISCRIMINATION RACIALE

SOS MITMENCH.jpg

SOS racisme salue la décision du tribunal d’instance de St Pölten (Autriche) qui a condamné le gérant d’une discothèque à verser 1440 euros de dommages-intérêts à un jeune Autrichien d’origine égyptienne pour discrimination raciale.

En novembre 2008, la victime s’était vue refuser, à deux reprises, l’entrée de la boite de nuit au motif que « seuls les habitués » étaient autorisés à entrer, alors que ses amis et d’autres personnes avaient pu se rendre à l’intérieur. Grâce à l’aménagement de la charge de la preuve mis en place par « la nouvelle loi autrichienne pour l’égalité de traitement », la victime n’a pas eu besoin de prouver la discrimination mais seulement des faits objectifs, susceptibles de laisser penser à un traitement discriminatoire. Aucun testing n’a été réalisé, de simples témoignages ont suffi.

Cette condamnation est d’abord un précédent car c’est la première fois qu’un tribunal autrichien tire les conséquences juridiques de cette nouvelle loi et considère l’interdiction d’accès à un établissement en raison d’une apparence de type étranger comme un délit de discrimination raciale. Elle constitue ainsi les premiers fruits récoltés d’un long combat mené par les associations antiracistes sur place, dont « SOS Mitmensch » (SOS Racisme en Autriche) et ZARA, qui a assisté le jeune homme dans ses poursuites judiciaires.

Cette condamnation est ensuite un exemple, non seulement au regard de la durée de la procédure, particulièrement rapide (un an à compter de la commission des faits) mais aussi du montant des dommages-intérêts alloués, particulièrement élevés (1440 euros).

Cette condamnation fait, enfin, jurisprudence puisque le gérant de la discothèque autrichienne a été reconnu coupable de discrimination alors même que le vigile posté à l’entrée était employé par une société externe.

Les juges français seraient bien inspirés de prendre exemple sur cette décision, se contentant bien souvent de condamner le simple videur et non le véritable donneur d’ordre.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu