Avertir le modérateur

10 juin 2011

Rejet de la plainte contre Claude Guéant pour propos racistes

gueantcroisade.jpg
Source de l'image : Maester
PARIS (Reuters) - La Cour de justice de la République (CJR) a rejeté vendredi une demande d'enquête sur le ministre de l'Intérieur Claude Guéant pour "incitation à la discrimination raciale".

Cette décision ne peut pas faire l'objet d'un appel, ce qui dégage l'avenir judiciaire du ministre, qui était menacé de poursuites susceptibles d'affaiblir sa position, à l'image de son prédécesseur Brice Hortefeux.

L'avocat de SOS Racisme, l'ONG qui avait saisi la CJR, s'est déclaré "atterré" par une décision qui risque d'être vécue "comme un déni de justice par les millions de personnes qui se sentaient visées" par les propos du ministre.

"Il est difficilement compréhensible que des personnages politiques dans l'exercice de leurs fonctions ne puissent pas répondre de leurs propres actes", a dit Me Patrick Klugman à Reuters.

"Il est malheureux dans cette affaire que les victimes n'aient pas eu accès aux juges", a-t-il ajouté, soulignant que SOS Racisme n'avait pas droit à un recours.

SOS Racisme avait saisi la CJR sur les propos tenus notamment le 4 avril par le ministre, en marge d'un déplacement à Nantes et à la veille du débat de l'UMP sur la laïcité.

Dans sa requête, l'association rappelait ses déclarations : "En 1905, il y a avait très peu de musulmans en France, aujourd'hui il y en a entre 5 et 6 millions. L'accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème."

Pour l'association, les propos du ministre n'étaient pas "un simple dérapage" mais s'inscrivaient dans un discours récurrent "fondé pour l'essentiel sur la xénophobie et la discrimination."

Outre les ONG antiracistes, l'opposition de gauche accuse Claude Guéant de reprendre systématiquement depuis sa prise de fonctions les thématiques du Front national.

"MINISTRE DU FN" ?

Pour Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l'Assemblée, Claude Guéant, est "devenu le ministre du FN".

La présidente du parti d'extrême droite, Marine Le Pen, a de son côté ironisé sur ce proche de Nicolas Sarkozy, ancien secrétaire général de l'Elysée, estimant qu'il méritait une carte de "membre d'honneur" du FN.

SOS Racisme avait relevé dans sa requête toute une série de propos litigieux du ministre.

Dans le journal Le Monde du 15 mars, Claude Guéant expliquait que "les Français ont le sentiment que les flux (migratoires) non maîtrisés changent leur environnement."

"Ils ne sont pas xénophobes. Ils veulent que la France reste la France", disait-il

Le prédécesseur de Claude Guéant, Brice Hortefeux, a été condamné pour injure raciale le 4 juin 2010 puis en décembre dernier pour atteinte à la présomption d'innocence.

Jeudi, le parquet a réclamé sa relaxe lors du procès en appel pour des propos jugés racistes en première instance.

Ces condamnations, qui ne sont pas définitives, avaient affaibli la position de ce fidèle de Nicolas Sarkozy, écarté du gouvernement lors du remaniement de février dernier.

Source : Nouvel obs avec Reuters : Gérard Bon et Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal

13:33 Publié dans *DISCRIMINATION | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : gueant, discrimination, cours de justice, sos racisme |  Facebook |

22 avril 2011

SOS Racisme a saisi la Cour de justice à l’encontre de M. Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur, pour des propos contraires à la Constitution française et relevant de la qualification pénale d’incitation à la discrimination raciale.

SOS Racisme a saisi la Cour de justice à l’encontre de M. Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur, pour des propos contraires à la Constitution française et relevant de la qualification pénale d’incitation à la discrimination raciale.

Le 4 avril 2011, en marge d’un déplacement officiel dans le cadre de la visite de la chaine de sécurité en Loire atlantique, le Ministre de l’Intérieur Monsieur Claude Guéant, a tenu les propos suivants devant les micros de plusieurs chaînes de radio françaises :

« En 1905, il y a avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 millions. L’accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements pose problème. Je dirai tout simplement qu’il n’y a aucune raison que la République accorde à une religion particulière plus de droits qu’elle en a accordés en 1905 à des religions qui étaient anciennement ancrées dans notre pays. Il est clair que les prières dans les rues choquent un certain nombre de concitoyens. On ne pratique pas son culte dans la rue. Ce type de pratiques leur porte préjudice ».

Pour SOS Racisme, ces propos ne sont pas un simple dérapage mais s’inscrivent dans un discours récurrent chez le nouveau Ministre de l’Intérieur, discours fondé pour l’essentiel sur la xénophobie et la discrimination.

Dans un entretien donné au journal Le Monde le 15 mars 2011, le Ministre de l’Intérieur expliquait qu’un « gouvernement doit travailler en fonction de ce qu’il estime être nécessaire et il doit être à l’écoute de la population. Les Français ont le sentiment que les flux (migratoires) non maîtrisés changent leur environnement. Ils ne sont pas xénophobe. Ils veulent que la France reste la France ».

Dans la même stratégie politique, le 17 mars dernier, au micro de la radio Europe 1, Monsieur Claude Guéant tenait des propos proches des thématiques du Front National sur l’immigration, en expliquant que « Les Français à force d’immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s’imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale ». Il précisait également à ce sujet que « Nos compatriotes veulent choisir leur mode vie, ils ne veulent pas qu’on leur impose un mode de vie ».

M. Claude Guéant s’illustrait à nouveau le 21 mars dernier en expliquant à un journaliste du Figaro Talk pourquoi Nicolas Sarkozy avait eu raison de prendre « la tête de la croisade pour mobiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et puis la Ligue arabe et l’Union africaine » concernant la Libye. Ses propos exacts étaient les suivants : « Heureusement qu’il était là. Parce que le monde entier s’apprêtait à contempler à la télévision des massacres commis par le colonel Kadhafi, heureusement, le président a pris la tête de la croisade pour mobiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et puis la ligue arabe et l’Union africaine ».

Pour SOS Racisme, représentée dans ce dossier par Maître Lef Forster et Maître Patrick Klugman, ces propos relèvent de l’incitation à la discrimination raciale.

Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme : « Ces propos sont d’un extrême gravité, en contradiction totale avec les valeurs de la République, valeurs qu’un Ministre se doit de promouvoir et non de contribuer à affaiblir. »

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu