Avertir le modérateur

08 septembre 2011

Hérault Un ex-candidat aux cantonales en prison pour des saluts nazis et des insultes racistes

1373663931.pngAffiche de campagne d'Olivier Roudier lors des dernières élections cantonales à Montpellier. (© D.R)

Un militant de la Ligue du Midi, parti de l’ultra-droite, candidat aux dernières élections cantonales à Montpellier (1), a été incarcéré lundi soir. Il a été mis en examen pour rébellion, port d’arme et incitation à la haine raciale après un sérieux dérapage, samedi soir, à la fête de Saint-Nazaire-de-Pézan, dans le Lunellois.

Avec un acolyte, Olivier Roudier, éleveur de cochons de 36 ans, fils de Richard Roudier, responsable départemental de la Ligue, s’est rendu vers 2 h du matin à la fête votive. Particulièrement alcoolisés, ils ont commencé à déraper devant le maire du village sur le thème : "On vient chasser les Arabes." Avec saluts nazis à l’appui, même si le collègue de Roudier, qui a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, a contesté ces gestes.

Selon l’enquête de la brigade de Lunel, ils ne sont pas arrêtés là : ils se sont mis à insulter un vigile et un gendarme réserviste, tous deux d’origine nord-africaine : "Ratons, bicots, les Arabes dehors, on est chez nous, on va tous vous crever, le crâne rasé collabo des melons !"

Les saluts hitlériens ont continué et l’interpellation a été mouvementée. Lors de l’altercation, Olivier Roudier, déjà emprisonné dans le passé (2), a perdu un couteau de type poing américain, ce qui a d’autant plus motivé le parquet à demander son placement en détention provisoire.

"Il se présente armé d’un couteau, particulièrement alcoolisé et il fait des saluts nazis réitérés en présence des gendarmes en prononçant des propos abjects, haineux, d’une violence extrême", a dénoncé le vice-procureur lors du débat devant le juge des libertés et de la détention (JLD).

Cheveux rasés, un gros hématome sur la joue, l’agriculteur, un temps proche des “identitaires”, a fait profil bas. Regrettant son attitude : "Je commence à comprendre la portée de mes actes et de mes gestes et je les déplore profondément, ce n’est pas dans mes habitudes... C’est l’absorption d’une grosse quantité d’alcool, c’est la raison de ces débordements."

Une explication reprise par son avocate, Me Ava Magassa : "Il a un sérieux problème d’alcool, il a besoin de soins, pas d’aller en prison. On n’est pas là pour minimiser, mais il faut relativiser. Il n’a pas sorti le couteau." Mais le port de cette arme, ajouté aux insultes racistes, a motivé le JLD dans sa décision d’incarcération.

Source : YANICK PHILIPPONNAT sur Midi Libre

31 mars 2011

CARICATURES ANTIRACISTES MARS 2011

Les caricatures que vous avez manquées ce mois de Mars

gueantcroisade.jpg

Source : Maester

mars2011.jpg
Source : Charlie Hebdo
sarko-debat-islam.jpg
Source : Maester
h-4-2438314-1300424061.jpg
Source : Kathy sur lepost

galliano.jpg
Source : Maester

galliano2.JPG
Source : Na sur lepost
marine.JPG
Source : Na sur lepost

26 mars 2011

TRIBUNE : LE VRAI VISAGE DU PARTI DE MARINE LE PEN

Tribune, par Dominique SOPO, Président de SOS Racisme

AU FN, LES NAZIS SONT CANDIDATS !

C’est avec stupéfaction, mais sans réelle surprise, que SOS Racisme vient de découvrir les photos d’un candidat FN, qualifié pour le second tour des élections cantonales, en train de faire un salut nazi.

Alexandre Gabriac, candidat dans un des cantons de Grenoble, montre là le vrai visage du parti de Marine Le Pen, un parti viscéralement gangréné par le racisme et l’antisémitisme au point que ses membres ne semblent pas hésiter à se mettre en scène de la façon la plus immonde en choisissant pour arrière-fond…un drapeau nazi !

Voici donc ce qu’est ce parti qui se présente comme le porte-voix de la France réelle. Un parti nostalgique du nazisme et de ses méfaits en raison desquels les Français eurent à payer le prix du sang pendant la Seconde Guerre Mondiale. Un prix du sang payé d’ailleurs à quelques kilomètres de Grenoble, par les résistants qui prirent le maquis sur le plateau du Vercors.

C’est au regard de la nature profonde de ce parti, une fois de plus révélé, que le front républicain est une exigence politique et éthique vis-à-vis de laquelle les partis politiques ne peuvent pas mégoter. Entre les valeurs de la République et le Front National, il existe une frontière par nature infranchissable. Ceux qui tendent à nier ce fait font le jeu d’une banalisation qui ne peut préparer que leur recyclage ou leur engloutissement.

 

UN CANDIDAT AUX CANTONALES DU FN PHOTOGRAPHIE EN FAISANT UN SALUT NAZI

il-s-agirait-d-alexandre-gabriac-(a-droite)-conseiller-regional-fn-et-candidat-au-second-tour-des-c.jpg
Source : Nouvelobs.com
image.jpg
Source : Le Dauphiné
image (1).jpg
Source : Le Dauphiné

Alexandre Gabriac, jeune élu régional FN, est candidat au second tour des cantonales, dimanche, à Grenoble.

Un candidat Front national aux elections cantonales apparaît sur des photos en train de mimer le salut hitlérien. Alexandre Gabriac, candidat dans le canton n°6 de Grenoble, est présent au second tour de l'élection dont le scrutin à lieu ce dimanche 27 mars.

Sur les photos que Nouvelobs.com s'est procurées et dont nous publions la plus marquante, le jeune homme, en compagnie d'une ou plusieurs personnes et en différentes occasions, apparaît le bras tendu à la manière nazie. Sur celle que nous publions il est légèrement masqué, le bras tendu devant un drapeau portant la croix gammée, aux côtés d'un jeune homme au crane rasé dont nous avons masqué le visage. Il tient dans la main droite un poing américain.

"Je ne suis pas au courant"

"Je ne suis pas du tout au courant de ces photos", a-t-il réagi. "Cela ne me dit rien du tout. De toute façon, j'avais reçu il y a quelque temps une lettre anonyme m'avertissant que des montages effectués par des anarchistes circuleraient", s'est-il justifié.

Des photos qui pourraient venir perturber la communication du Front national et de Marine Le Pen qui tentent de modérer leur image et de nier tout lien avec l'extrême-droite.

Source : Céline Lussato  - Nouvelobs.com

_________________________

ALEXANDRE GABRIAC SERA EXCLU

Le secrétaire général du Front national va demander l'exclusion d'Alexandre Gabriac, candidat aux cantonales, mais pas d'ici dimanche.

Steeve Briois, secrétaire général du Front national affirme qu'il demandera "l'exclusion" du parti si la photo d'Alexandre Gabriac, jeune élu régional FN candidat aux cantonales en train de faire le salut nazi "est bien réelle".

Sur les photos que Nouvelobs.com s'est procuré et dont nous publions la plus marquante, en compagnie d'une ou plusieurs personnes et en différentes occasions, apparaît le bras tendu à la manière nazie.

"On va lui demander des comptes et il passera devant la commission des conflits", explique Steeve Briois.

"Nous sommes un parti démocratique et républicain, ces gen sappent le travail qui est fait tous les jours et seront exclus", s'indigne-t-il. "Nous ferons un gros lot, ils sont 4 ou 5 comme lui a avoir ce genre de pratique".

"Le FN gêne alors on fait les poubelles"

Dimanche pour le second tour des élections cantonales, Alexandre Gabriac si il est élu, le sera sous les couleurs du Front National, "faute de temps" pour le faire passer devant la commission des conflits selon Steeve Briois.

"Ca arrive à 48h du scrutin c'est pas innocent non plu, le FN gêne alors on fait les poubelles!", regrette-il.

Ource : Estelle Gross - Nouvelobs.com

24 mars 2011

EN VIDEO : QUAND LES RESPONSABLES UMP DERAPES

Source : Nouvelobs.com

Les propos douteux des responsables UMP par Nouvelobs

CANTONALE : APPEL POUR UN FRONT REPUBLICAIN

COMMUNIQUE DE PRESSE

UN 1ER TOUR COULEUR BRUNE

Les résultats du 1er tour des élections cantonales permettent de tirer quelques enseignements qui, tous, interpellent les partis républicains.

Tout d’abord, le taux d’abstention record semble montrer, comme cela avait déjà été le cas aux élections régionales de l’année dernière, que la pensée selon laquelle l’avenir des gens passerait par les élections est en passe de reculer. Cette abstention record mérite mieux en termes d’attention que l’utilisation qu’en fait l’UMP pour relativiser son échec. Cette abstention sonne au contraire comme un désaveu et comme une mise à l’écart de la citoyenneté de fractions croissantes de la population.

Ensuite, le score très faible de l’UMP montre, une fois de plus, que la stratégie poursuivie par le parti majoritaire et consistant à se lancer dans une « course à l’échalote » avec le Front National est une stratégie catastrophique pour l’UMP et pour la République. En effet, les scores comparés de l’UMP et du FN montrent, au final, comme nous le disons depuis plusieurs mois, que le principal effet de cette stratégie aura été de légitimer le vote Front National.

Enfin, le score du Front national, qui réalise une percée en se situant aux alentours de 15% des suffrages exprimés, est une bien mauvaise nouvelle pour la République et pour la démocratie. Ajouté aux sondages de ces dernières semaines plaçant Marine Le Pen en tête du 1er tour des élections présidentielles, ce score montre qu’il ne faut décidément pas exclure un « putsch » interne à la droite au cours des élections présidentielles.

Cette situation est d’une gravité extrême même si, à force de sondages, la réalité des scores de l’extrême-droite semble devenu une donnée normalisée de la scène politique française, suscitant des commentaires dénués de toute indignation ou de toute caractérisation de ce phénomène.

Toujours est-il que, face à cette apathie politique et journalistique, il est désormais du devoir des partis républicains de se montrer dignes des valeurs républicaines et d’être à nouveau en mesure de proposer un projet de société qui permette aux Français de se projeter avec confiance dans l’avenir, bien loin du projet haineux et raciste d’un Front National dont les prétendus « changements », abondamment disséqués ces derniers mois, ne sont que pure cosmétique.

Face à la réalité politique du Front national, SOS Racisme appelle par ailleurs tous les partis à faire preuve de clarté vis-à-vis du camp de la haine et à appeler à voter pour le candidat républicain si ce dernier était opposé au FN dans un second tour. Au-delà, SOS Racisme appelle tous les citoyens attachés à la République et à la démocratie à faire barrage au Front national en donnant leurs voix au candidat républicain.

17:57 Publié dans *EXTRÊME DROITE, *RACISME ET ANTISÉMITISME | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fn, cantonale |  Facebook |

17 mars 2011

L'UMP SUSPEND UNE CANDIDATE APRES DES PROPOS INDIGNES SUR FACEBOOK

16 mars 2011

SOS RACISME DEMANDE LA MISE EN PLACE D’UNE BARRIERE SANITAIRE CONTRE LE RACISME AU SEIN DE L’UMP

COMMUNIQUE DE PRESSE DE SOS RACISME

SOS Racisme prend acte de la décision prise par la direction de l’UMP de suspendre de ses fonctions Mme Josiane PLATARET, suppléante aux élections cantonales dans le premier canton en Ardèche.

Cette suspension vient à point nommé alors que nous doutions de l’engagement républicain de Jean François COPE qui avait invité et applaudit les propos d’Eric Zemmour, en demandant également aux députés de supprimer les lois condamnant les propos racistes.

Ce parti se revendique encore des valeurs républicaines, il ne pouvait soutenir ce type de propos stigmatisant et racistes.

Nous invitons maintenant la direction de l’UMP à faire preuve du même discernement à l’égard de ses membres, comme Chantal Brunel ou encore Geoffroy Didier, candidat dans le Val d’Oise, qui fustigent les immigrés et les musulmans.

Le comportement de ces élus reflète le climat nauséabond qui règne au sein de ce parti politique. Il devient urgent pour l’UMP de mettre en place une barrière sanitaire contre le racisme au sein de son parti.

MAXIME CHAUSSAT, CANDIDAT FRONT NATIONAL AUX CANTONALES DE SAINT LAURENT DE CHAMOUSSET JUGE POUR PROVOCATION A LA HAINE RACIALE

MONTS DU LYONNAIS : LE CANDIDAT FN EN CAUSE DANS UNE AFFAIRE DE TAGS RACISTES

monts-du-lyonnais-le-candidat-fn-en-cause-dans-une-affaire-de-tags-racistes.jpg

QUATRE HOMMES SERONT JUGES LE 22 MAI POUR PROVOCATION A LA HAINE RACIALE. PARMI EUX, MAXIME CHAUSSAT, CANDIDAT FRONT NATIONAL AUX CANTONALES DE SAINT-LAURENT-DE-CHAMOUSSET

A Saint-Laurent-de-Chamousset, le célèbre bâtiment du marché aux veaux porte toujours les stigmates du délit. Des insultes racistes taguées en orange : « Islam dehors » et autres propos du même genre affublés d’une croix celtique que les mouvements d’extrême-droite se sont appropriés. Inscriptions à la main et au pochoir que les auteurs ont reproduits en d’autres lieux. Résultat, à Sainte-Foy-L’Argentière, c’est le restaurant kebab qui en a fait les frais. Le gérant les a depuis effacés de sa devanture.

Les tags ont été découverts le 26 février dernier. Depuis, plainte a été déposée. Quatre hommes ont été identifiés et mis en cause. Parmi eux, Maxime Chaussat, 24 ans, candidat Front national aux élections cantonales de Saint-Laurent-de-Chamousset dont le premier tour se déroule dimanche prochain. Cadre dans une entreprise, c’est la première fois qu’il se présente à une élection. Son engagement au Front national date de 2006.

Contacté, l’homme se défend de toute implication directe. D’ailleurs, il est le seul à ne pas avoir reconnu les faits au moment de l’audition. Reste que tous les quatre font l’objet d’une convocation par officier de police judiciaire devant le tribunal correctionnel de Lyon en mai pour provocation à la haine raciale en raison de la religion et dégradation en réunion sur des bâtiments publics. « Je suis présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, affirme Maxime Chaussat. J’étais sur place au moment des faits mais je n’ai rien fait. Je ne suis pas responsable de ce qui a été fait et je le prouverai. Pour moi, c’est une affaire nulle et non avenue. C’est un malentendu terrible, la justice n’aura pas de mal à le prouver. »

Le fait est que le candidat FN était en train de distribuer des tracts pour sa campagne au moment où les hommes qui l’accompagnaient taguaient les murs. C’était le vendredi 25 février.

Et lorsqu’on lui demande s’il n’a pas essayé de les arrêter, il répond : « Sans commentaire. Je m’expliquerai au procès. Je suis un citoyen et un candidat honnête. »

Pour les restaurants kebab des Monts du Lyonnais, ce n’est pas une première. A Sainte-Foy-l’Argentière, comme à Saint-Symphorien-sur-Coise, déjà en 2009, ce type de tags racistes avait sali leurs murs. C’était déjà en période de campagne électorale, pour les Européennes cette fois.

Source : Emilie Charrel pour le Progrès

TRIBUNE : LES PARTIS REPUBLICAINS SONT-ILS CAPABLES DE PROJETER LES FRANCAIS DANS L'AVENIR?

1255154.jpgTRIBUNE PARUE DANS LA RUBRIQUE "POINT DE VUE" DU MONDE - PAR DOMINIQUE SOPO, PRESIDENT DE SOS RACISME

Marine Le Pen en tête au premier tour des futures élections présidentielles. Ce qui était vu comme un cauchemar mais surtout comme une plaisanterie il y a encore quelques semaines prend corps pour la première fois dans une récente série de sondages. Certes, un sondage n'est pas une vote et, à chaque élection présidentielle, un candidat déclaré crée la "surprise" avant de refluer et de finir largement distancé par les qualifiés au second tour. Mais tout de même : près d'un quart des Français prétendent vouloir voter pour Marine Le Pen en 2012.

Lire la suite

14 janvier 2011

LE PEN SOUTIENT ERIC ZEMMOUR


Le Pen soutient Eric Zemmour actuellement en procès
envoyé par Nouvelobs. - L'info video en direct.

ET CE N'EST PAS LE SEUL


SOS RACISME VS ZEMMOUR 4/4
envoyé par sos-racisme. - L'actualité du moment en vidéo.

10 janvier 2011

LIBERATION : ZEMMOUR EN PROCES POUR SA SORTIE SUR LES "TRAFIQUANTS NOIRS ET ARABES"

Le journaliste Eric Zemmour, le 28 mars 2010, au Salon du Livre à Paris

Le journaliste Eric Zemmour, le 28 mars 2010, au Salon du Livre à Paris (© AFP Verdy)

Pour Dominique SOPO, Président de SOS Racisme «Lui qui se réclame beaucoup de la République, doit en apprendre les règles.» «Il ne débat pas, il assène des vérités et clôt les discussions. Il se complaît manifestement dans un rôle soit-disant d’anti-politiquement correct... sauf qu’il est très bien introduit dans les médias.»

Le chroniqueur est poursuivi pour diffamation et discrimination raciale, par plusieurs associations, pour ses propos chez Ardisson sur Canal+. Son procès débute ce mardi.

«Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C’est un fait.» Eric Zemmour avait soulevé la polémique avec sa sortie choc chez Thierry Ardisson sur Canal + en mars dernier, il doit comparaître, ce mardi, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris...

Lire la suite

TRIBUNE : LES PETITS CALCULS D'ERIC ZEMMOUR

Par Caroline Fourest

Eric Zemmour vient d'expérimenter une loi cardinale en matière de dérapages : l'accumulation. Comme pour Georges Frêche, le tollé soulevé par ses propos n'est pas dû à la pire de ses déclarations, mais à celle de trop : "Les Français issus de l'immigration (sont) plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C'est un fait."

Cette phrase n'est pas sans rappeler la polémique soulevée par Renaud Camus. A l'époque, le goût douteux pour la comptabilité ethnique consistait à compter les journalistes juifs sur une station de radio. Quant à Frêche, son truc serait plutôt de compter les footballeurs noirs.

Dans les trois cas, plus l'émotion est grande, plus nos valeureux statisticiens sont sûrs d'engranger des soutiens parmi les amateurs d'évidences chiffrées et de francs-parlers. Ben quoi, c'est pas vrai ? Il y a beaucoup de Noirs dans l'équipe de France, beaucoup de juifs dans les médias et beaucoup d'Arabes et de Noirs dans les prisons ! Alors quoi, on peut plus rien dire ?

// --> // -->

Lire la suite

17 décembre 2010

NON A L’EXTRÊME DROITE, NON AU RACISME, NON A LA POLITIQUE DU BOUC ÉMISSAIRE

marine lepen.jpg

SOS Racisme VS les « Assises internationales contre l’islamisation de nos pays » ce 18 décembre

SOS Racisme appelle à un rassemblement samedi 18 décembre pour dénoncer la tenue des « Assises internationales contre l’islamisation de nos pays » organisées par une vingtaine d’organisations d’extrême-droite.

Sous couvert de défense de la laïcité, cet événement constitue une grave atteinte aux valeurs de la république et du vivre ensemble.

Nous refusons la stigmatisation des musulmans, dans un contexte politique alarmant de libération de la parole raciste au plus haut niveau de l’Etat.

Nous appelons nos dirigeants à faire face à leurs responsabilités : discriminations, xénophobie, incitation à la haine raciale, stigmatisation de parties de la population, ce type de colloque raciste est l’illustration d’une forme de passage à l’acte clair, résultant du climat nauséabond ambiant.

Par ailleurs, la présence annoncée d’élus de la République à ce meeting est une honte si elle se concrétisait.

Nous ne devons pas accepter cette provocation raciste et appelons toutes celles et ceux qui refusent cette logique de xénophobie et de haine à manifester samedi 18 décembre.

MANIFESTATION : SAMEDI 18 DÉCEMBRE À 11H Place des Fonds Verts à Paris (M° Dugommier ou Daumesnil)

Share

LE RACISME DE L’EXTRÊME DROITE RÉVÈLE SON MANQUE DE "MODERNITÉ"

sopo2.jpg

Par Dominique Sopo, Président de SOS Racisme - Tribune publiée dans le journal Le Monde

Maurice Bardèche, le premier propagateur français, avec Paul Rassinier, du négationnisme de la Shoah, aimait se référer à la Révolution française afin de convoquer au service de son abjecte théorie une page glorieuse de notre histoire.

C’est la même mécanique que Marine Le Pen vient d’employer en associant à l’Occupation" la présence des musulmans dans notre pays. Se référant à la laïcité et en appelant à la République, Marine Le Pen opère un renversement de la pensée qui serait comique s’il n’avait pour but de camoufler, sous la "Résistance" à laquelle elle convie implicitement, une pensée raciste et liberticide.

La ficelle paraît un peu grosse, venant d’une des figures majeures du Front national dont le président, Jean-Marie Le Pen, qualifiait en 2005 l’Occupation nazie que subit la France de "pas si inhumaine que cela". Le même Jean-Marie Le Pen qui – sans même remonter à ses multiples condamnations pour apologie de crimes de guerre, apologie de crimes contre l’humanité, racisme, antisémitisme et négationnisme, pas plus qu’à l’éloge funèbre qu’il fit de Maurice Bardèche – riait au premier rang du spectacle de Dieudonné lorsque ce dernier offrit au négationniste Robert Faurisson un écrin scabreux au Zénith de Paris.

Désormais lestée de cette sortie au racisme patent, l’extrême droite "respectable" dont Marine Le Pen était censée incarner la naissance vient de se fracasser sur l’autel des ressorts politiques profonds de cette partie de l’échiquier politique. Tout comme elle se fracassa lorsque, en Italie, le magistère institutionnel et la tribune publique qu’offrit Silvio Berlusconi à la Ligue du Nord créèrent dans la Péninsule une ambiance de pogroms et permirent que fussent avancés au niveau gouvernemental des projets – tels que le tatouage des Roms – que l’on croyait ensevelis sous les décombres du mussolinisme. Et l’ambiance créa, comme souvent lorsqu’elle s’abat avec une durée suffisante sur un territoire, des passages à l’acte, en l’espèce des crimes racistes.

En Italie comme en France, l’extrême droite porte en elle le crime. C’est de cette famille politique dont Marine Le Pen brigue le leadership. Il est utile de rappeler cette triviale réalité, tant elle se trouve brouillée concernant cette femme dont les journalistes et les adversaires encensent et redoutent la modernité. Moderne, Marine Le Pen ? Sans doute au regard d’un père ringardisé autant par son âge que par des références datées. Mais, pour celle qui ne renie rien de l’héritage paternel, la logique reste la même : trouver l’ennemi intérieur qu’il faudra expulser ou exterminer pour sauver la patrie en danger. Italiens, Polonais, Juifs, Portugais, Espagnols, Africains, Maghrébins… Tous ont eu à connaître les diatribes d’une extrême droite qui leur promettait la vindicte publique.

Et là où Marine Le Pen manque encore un peu plus de "modernité", c’est qu’elle n’est finalement pas si éloignée que cela des haines recuites et des hantises mal camouflées de son père. Il n’y a, dans la sortie de Marine Le Pen, aucune volonté de défendre une laïcité que les composantes catholiques intégristes du Front national vomissent et qui ne s’accommode en aucun cas d’une stigmatisation des origines qu’elle repousse philosophiquement.

En réalité, la corde sur laquelle joue Marine Le Pen, c’est celle, en une réminiscence de la rupture qu’engendra la guerre d’Algérie, de la crainte de l’inversion du rapport colonial.

Ça n’est pas tant le musulman que Marine Le Pen exècre que l’image de l’ancien colonisé dont les enfants s’affirment progressivement comme des citoyens à part entière dans notre société. Car, à n’en point douter, la sortie de Marine Le Pen ne concerne pas les prières dans la rue qu’elle prétend contester. Cette sortie concerne la présence sur notre territoire de personnes d’origine maghrébine qui revendiquent leur statut de Français là où cette femme politique d’extrême droite ne peut voir que des citoyens accidentels et illégitimes dont il faudrait révéler l’usurpation. D’ailleurs, si ces populations "occupent" la France, n’est-ce pas parce qu’elles sont, aux yeux de Marine Le Pen, composées d’étrangers à bouter hors du sol national ?

BOUC ÉMISSAIRE

L’envoi de ces messages plus ou moins subliminaux par Marine Le Pen n’est pas très dur à démonter. Ce qui l’est plus, par contre, c’est le ressort sur lequel joue Marine Le Pen, et qui renvoie à la fonction et à la stratégie de l’extrême droite : libérer les individus de l’impératif moral sur lequel les civilisations modernes et démocratiques ont fondé leur dynamisme et assuré la paix civile, à savoir la nécessité pour chacun de considérer l’Autre comme son égal.

Et cette libération, dans une approche tout aussi classique pour l’extrême droite, s’opère avec une admirable constance par la désignation d’un bouc émissaire que l’on demandera aux populations déstabilisées par la crise économique et sociale d’haïr, faute, pour elles, d’avoir la certitude suffisante de pouvoir agir sur les causes réelles de leurs malheurs.

Il est en effet plus facile de s’attaquer à son voisin d’origine étrangère qu’aux mécanismes de la finance internationale. Plus facile mais aussi plus minable ! D’où la convocation de la thématique de l’"Occupation" qui permet de faire passer pour du courage ce qui n’est que lâcheté puisque le bouc émissaire, c’est celui qui est suffisamment faible dans la société pour ne pas pouvoir se défendre à armes égales face aux agressions dont il est la cible désignée. En décrétant cette "Occupation" comme une réalité, Marine Le Pen espère s’adjoindre la cohorte des lâches qui sublimeront leur poltronnerie – qu’ils n’acceptent pas comme leur propre reflet – en un acte glorieux de résistance aux Arabes.

A celles et à ceux qui seraient tentés par ce chemin, il faut rappeler avec force et insistance qu’au bout de ce chemin-là, il n’y a que des drames. Qu’ils s’épargnent donc ce qui pourrait devenir la plus désagréable et la plus tenace de leurs expériences : le réveil hébété et honteux de ceux qui, après avoir failli, n’ont plus que leurs remords pour seul viatique.

Dominique Sopo, président de SOS-Racisme

Share

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu