Avertir le modérateur

04 avril 2011

MEETING SUR LA LAICITE CE SOIR - L'UMP VIRE AU BLEU MARINE

197869_144286328970775_100001682254674_264349_3491980_n.jpg

A la veille du débat nauséabond sur l’islam organisé par l’UMP,

SOS Racisme vous invite à venir défendre les valeurs républicaines

et rejeter la haine et la lepénisation des esprits !

La France vit ces mois-ci une période charnière dont l’issue marquera profondément la décennie à venir.

Depuis le 21 avril 2002 et l’accession du Front national au deuxième tour de l’élection présidentielle un climat malsain règne sur le débat public.

Jour après jour les fondements de notre société républicaine sont remis en cause. Les piliers du vivre ensemble que sont la laïcité, la liberté, l’égalité et la fraternité sont fragilisés par ceux qui nous gouvernent, englués dans des visions bassement électoralistes.

Ceux dont la fonction au service de l’intérêt général commande la cohérence et l’exemplarité jouent avec ces principes comme le vent joue avec une girouette.

Aujourd’hui un cap est franchit : l’extrême droite, sondage après sondage, s’ancre durablement comme une des principales force politique du pays et la perspective qu’elle devienne la première n’est plus un jeu de l’esprit.

A la veille du débat nauséabond sur l’islam organisé par l’UMP, SOS Racisme vous invite le 4 avril à venir défendre les valeurs républicaines et rejeter la haine et la lepénisation des esprits !

http://www.facebook.com/event.php?e...

DEBAT ORGANISE PAR SOS RACISME

CE SOIR, LUNDI 4 AVRIL A 19H00

MAIRIE DU 3EME ARRONDISSEMENT DE PARIS

2 rue Eugène Spuller, 75003 Paris M°Répu/Temple/Arts et Métiers

29 septembre 2010

VIDEO DU MEETING : "TOUCHE PAS A MA NATION

20 septembre 2010

SUCCES, HIER SOIR DU MEETING DE "LIBÉRATION", SOS RACISME ET LA RÈGLE DU JEU

Une France de la tolérance et de l’intégration

Par LAURENT JOFFRIN Directeur de «Libération»

Quelque chose s’est passé dimanche soir au théâtre du Châtelet. Quelque chose qui traduit l’ampleur du choc provoqué par Nicolas Sarkozy quand il s’est mis, à partir du discours de Grenoble, à mettre en cause les principes mêmes du pacte républicain qui rassemble la nation. Dans une salle comble - plus de 2 000 personnes avaient pris place au parterre, à la corbeille et jusqu’au poulailler, sous la houlette chaleureuse et passionnée de Serge Moati - ils étaient une quarantaine d’orateurs pour représenter le spectre politique et social le plus large.

De Jean-Luc Mélenchon à Corinne Lepage, d’Elisabeth Guigou à Robert Hue, de Bertrand Delanoë à Christiane Taubira, auteurs de deux messages remarqués, toutes les gauches et le centre étaient représentés, avec la participation de militants de la société civile aussi divers que Mouloud Aounit, président du Mrap, Sihem Habchi, présidente de Ni putes ni soumises ou Arielle Schwab, dirigeante de l’Union des étudiants juifs de France. Dominique Sopo, président de SOS Racisme, organisateur de la soirée avec la Règle du jeu etLibération, avait en ouverture posé l’équation politique de l’heure : à la conception dévoyée de la nation défendue par l’UMP, une nation fermée, méfiante et bientôt policière, il faut opposer un autre récit national. Celui d’une France de l’égalité, de l’ouverture, de la tolérance et de l’intégration : une France républicaine.

Le mot d’ordre de la soirée, «Touche pas à ma nation», choisi à dessein, n’allait évidemment pas de soi. Bernard-Henri Lévy, naguère procureur de «l’idéologie française», allergique à tout ce qui ressemble de près ou de loin à l’idée d’une nation homogène et enracinée, s’en expliquait : si les républicains rappellent que la nation leur appartient plus qu’à la droite identitaire, c’est parce qu’ils défendent une France qui admet la différence. Qui en fait une source de création et qui se définit, d’abord, par une adhésion politique à des principes communs et universels, la nation de Renan. Une nation qui s’oppose, presque point par point, à celle de Maurras et, bientôt, à celle de Sarkozy.

Entre les discours, la musique, aussi peu sarkozyste que possible : les Lascars, Youssoupha, HK et les Saltimbanks ou Neg’Marrons, rappellent que la musique prospère en France précisément parce qu’elle n’a pas de frontières. Le mélange est son carburant naturel. Tout comme cette identité nationale, qu’on a voulu enfermer dans un débat louche et biaisé, qui se montrait pourtant hier soir, dans toute sa bigarrure, son cosmopolitisme et sa tolérance.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu